Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins

Non classé

Les 25 et 26 juin2022

Participation « extraordinaire » de la Nièvre au succès national de ces « Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins » !

Près de 50 sites nivernais seront ouverts gratuitement au public les samedi 25 et dimanche 26 juin 2022

Cet effort de mise en valeur de notre riche départment a été raéalisé grâce à « L’Association des Moulins du Morvan et de la nièvre » (l’AMMN) qui a pu regrouper toutes nos richesses patrimoniales variées : paysages, châteaux, églises, lavoirs, moulins, démonstrations de savoir-faire, conférences, animations, célébrations festives, conférences, biodiversité,…

L’AMMN a voulu ainsi être le moteur du développement durable et levier d’attractivité de notre territoire. Sur le thème 2022 « Être et renaître », ces Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins mettront n lumière le patrimoine rural restauré, les savoir-faire et gestes du passé.

ll n’est pas trop tard pour vous inscrire. Mais attention, dernier délai pour votre inscription le 12 juin 2022.

  • Visite du coeur de votre village (lavoirs, fontaines, églises, chapelles, etc…)
  • Visite de votre moulin ou de votre ferme
  • Conférence et concert
  • Marché de dégustation (produits du terroir)
  • Démonstration de savoir-faire
  • Animation pour la mise en valeur de votre petit patrimoine

Pour tout renseignement complémentaire : flvary@orange.fr ou 06 08 53 49 29

Inscriptions ouvertes jusqu’au 12 juin 2022 !
 Chers organisateurs,Vous aviez participé aux anciennes éditions des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins : il est encore temps de s’inscrire et de rejoindre la programmation !  
 Découvrir la programmation 
 Durant deux jours de festivités, faites découvrir votre patrimoine aux visiteurs en créant une animation : visite, circuit-découverte, conférence, concert, marché de dégustation, ateliers, démonstrations de savoir-faire… Ce sont chaque année 100 000 visiteurs qui découvrent villages, moulins, fermes, lavoirs, chapelles et bijoux de notre patrimoine au travers de visites, expositions, conférences, démonstrations de savoir-faire et autres animations hautes en couleurs. Les JPPM rassemblent associations, particuliers, élus et bénévoles qui souhaitent partager avec le plus grand nombre la passion de leur patrimoine.
 Au plaisir de vous retrouver dans notre programmation 2022 !   
 Inscrire une animation 



A PROPOS DE L’ANIMATION


Région :
Département :


Coordonnées GPS
Latitude :
Longitude :


Nature de l’animation :
Visite d’un site / Circuit découverte-randonnée / Exposition / Conférence / Démonstration de savoir-faire / Marché dégustation / Animation jeune public / Célébration festive / Autre : …


Titre de l’animation :
Description : 
Lieu d’accueil du public : 
Code postal : 
Commune : 


Date : 25 / 26 / 25 et 26
Gratuit ou Payant : quel tarif ?
Horaires :


Coordonnées
Nom du contact :
Téléphone :
Mail :
Site web :
Facebook :


INFORMATION DU L’ORGANISATEUR


Nom et prénom du particulier ou nom de la structure :
En partenariat avec : 
Prénom :
Nom :
Adresse :
Code postal :
Commune :
Téléphone :
Email :
Type de structure :


Appartenance à un réseau : AMRF / AFMA / FFAM / Fondation du patrimoine / MPF / Fédération Patrimoine-Environnement / Petites Cités de Caractère / REMPART / Aucun / Autre :


Première participation : oui / non


KIT DE COMMUNICATION ;


Merci de nous indiquer l’adresse postale (si différente) à laquelle envoyer le kit de communication.


Nom et prénom : 
Adresse :
Code postal :
Ville :
 
Ninon d’Epenoux, Assistante chargée de projets
En charge des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins
Patrimoine-Environnement (lur-fnassem)
Le réseau national au service des patrimoines et des paysages

6-8 passage des 2 Soeurs 75009 Paris – 01 42 67 67 51
http://www.patrimoine-environnement.fr

Nouvelles meunières n°46

Non classé

Rédaction : Philippe Landry

Parution 

Les Nièvre et leurs moulins.

C’est une courte synthèse (en 36 pages avec beaucoup d’illustrations) des 5 cahiers que nous avons consacrés aux Nièvre et à leurs moulins (les Nièvre c’est-à-dire la Nièvre tout court, la Nièvre de Champlemy et la Nièvre, d’Arzembouy, la Nièvre de Bourras, celle de St-Franchy et celle de St-Benin des Bois, sans préjudice de la Petite Nièvre). Rappelons que cet ensemble demeure sur notre site ammn.info.

M. Mansuy, directeur de la Camosine qui édite les Annales, est venu en personne le présenter à notre assemblée générale du 12 mars, jour même de sa sortie.

Une présentation officielle à la presse sera faite sur le site de la nouvelle turbine de Guérigny le 31 mars, et une autre à Prémery en mai.


Notre assemblée générale s’est tenue le 12 mars à La Charité.


Elle s’est très bien passée. Jean-Pierre Azéma, universitaire historien des moulins et « docteur en géographie » a fait une très bonne conférence sur l’intérêt des « seuils » sur les rivières (il préfère parler de « chaussées »). Il nous a fourni beaucoup d’’arguments, de valeur scientifique, pour lutter contre les technocrates partisans de la continuité écologique..  Il a aussi évoqué les perfidies légales qui entravent ceux qui prétendent produire de l’électricité : par exemple il leur faut se relier au réseau et avoir deux compteurs, lesquels coûtent cher. 

Le repas préparé par un jeune traiteur de La Chapelle-Montlinard (Cher) était très bon.

Le Journal du Centre rend compte de nos travaux dès le lundi 14 mars, faisant preuve d’une rare célérité.

Le compte-rendu sera disponible prochainement.


Conte

Je me rends compte que nombre de nos adhérents sont mal desservis par internet et même le téléphone. C’est pourquoi à la fin de ce numéro des nouvelles meunières je joins un conte, « Le sous-préfet aux champs… du café ».


Désastres de la continuité écologique

Dans l’Yonne, à Mézilles, les habitants se mobilisent contre un projet aussi stupide que coûteux : détourner une rivière pour mieux ensuite supprimer des seuils. (Yonne Républicaine 12 juillet 2021).

Les fédérations de pêche face à leurs contradictions : elles organisent des tournois de pêche dans des plans d’eau (eaux stagnantes)ou en en aménagent. C’est ainsi que le Journal du Centre consacre deux tiers de page à ce considérable évènement :

« Le carpodrome de Cercy-la-Tour. inauguré avec le parcours de pêche ». Un bel article avec 5 photos pour célébrer la naissance d’un magnifique plan d’eau relié à l’Aron. 160 000 euro investis, mes pauvres ! On y met 3 tonnes de carpes et 300 kg de tanches. En plus des travaux ont été faits pour faciliter la pêche dans la partie du canal du Nivernais traversant Cercy.

Au passage, le journaliste répercute une expression que tout le monde comprend sûrement : « Il s’agit de pêche uniquement no-kill ». Nous sommes quelques-uns à l’association Moulins à nous amuser chaque fois que quelqu’un prétend adapter une expression anglaise, car en général c’est faux, quand ce n’est à contre-sens. (Journal du Centre 10 mars 2022).

Actualité des énergies renouvelables

Éolien

Niveau national :

A propos des élections présidentielles, Centre-France consacre deux pages entières à ce débat : « Le vent tourne pour l’énergie éolienne », au sens où il est en train de tourner au vinaigre. Au départ tout le monde était d’accord pour développer cette énergie renouvelable. Mais voilà, comme le dit quelqu’un :

« Tout le monde veut de l’éolien mais personne ne veut que ce soit sur son terrain ».

« Les politiques ont bien compris la grogne qui montait des campagnes à ce sujet et se montrent pour la plupart très frileux sur le développement de l’éolien. »

Comme au départ c’est une idée écologique (puisqu’elle économise les énergies d’origine fossile), les écologistes sont favorables à l’éolien… au niveau national. Après, localement, c’est parfois une autre chanson.

D’aucuns candidats sont réticents à l’éolien terrestre mais favorables au maritime… Sauf que là non plus ça ne va pas de soi pour les pêcheurs et autres amis de la faune de mer.

Dans l’Yonne :

Un projet autour de la commune morvandelle de Cussy les Forges suscite des oppositions. Une association d’adversaires ayant perdu en première instance son procès contre l’arrêté préfectoral l’autorisant, saisit la cour administrative d’appel : seulement ce recours n’étant pas suspensif, le promoteur du projet commence les travaux. De ce fait les opposants ont opéré une manifestation à Avallon. (Yonne Républicaine  13 décembre 2021).

A Villeneuve la Guyard, où on est d’accord pour développer les énergies renouvelables, on commence à débattre d’un projet d’éoliennes. « Le conseil municipal a validé le principe d’une étude de faisabilité… Un dialogue va donc être engagé avec les Villeneuviens. » (Yonne Républicaine 20 décembre 2021)

Autour de Taingy, un projet de 20 éoliennes suscite une vive opposition : une pétition est en train de circuler.

Photovoltaïque

Dans la Nièvre :

A La Machine, le projet de champ photovoltaïque sur une ancienne décharge se précise, le conseil municipal ayant voté la modification qui était nécessaire du « plu ». (Journal du Centre début mars).

A Donzy les Jeunes Agriculteurs du Donziais portent un projet de centrales solaires : « Face à l’impact du changement climatique sur les productions agricoles actuelles, nous devons diversifier nos exploitations. Le choix se tourne vers la création de centrales solaires photovoltaïques ». Le site couvrirait 20 ha. Le conseil municipal a pris connaissance de ce projet (8 mars 2022). La photo qui accompagne l’article montre le site comme au milieu de la forêt.

Dans l’Yonne :

Dans l’Yonne

Un nouveau projet photovoltaïque divise les habitants à Monéteau. Il est question de disposer 17 400 panneaux sur 9 ha « sur une ancienne ère de stockage de boues d’épuration et de déchets inerte » (là ça ne pose pas de problème), mais aussi sur une partie classée en zone agricole. Une enquête publique est en cours, le conseil municipal commence à débattre, le maire est sceptique. (Yonne Républicaine 9 février).

« L’agrivoltaïque séduit dans l’Avallonnais » : des agriculteurs de trois communes riveraines de la Cure, du côté d’Arcy sur Cure, souhaitent poser des panneaux solaires sur quelques parcelles, mais de telle façon qu’entre eux des moutons puissent paître. Ils estiment que cela leur permettrait de cultiver plus « bio » dans les autres parcelles. Surtout cela leur assurerait un revenu complémentaire, bien utile en ces temps difficiles pour les producteurs locaux, « on a des sols d’une très faible valeur agronomique », et que les variations des cours des céréales se font parfois à leurs dépens. Des adversaires se manifestent, arguant que cela nuira au paysage autour de Vézelay. (Yonne Républicaine 16 février).

De nouveaux agriculteurs souhaitent produire de l’électricité grâce aux photovoltaïque sur des terres qui ne leur rapportent pas assez : cela se passe autour de Noyers sur Serein. On comprend leur préoccupation, vu la diminution des revenus de l’agriculture. Mais des adversaires soutiennent que ça va enlaidir les environs de la jolie petite ville historique de Noyers, et supprimer des bonnes terres agricoles. (Yonne Républicaine 20 janvier 2022).  

Dans la Nièvre aussi des oppositions se manifestent. C’est ainsi qu’à Champvoux, près de La Charité sur Loire, le conseil municipal refuse d’autoriser « l’étude de faisabilité » d’un projet d’agrivoltaïque (ce qui, précise l’article, n’empêchera pas la poursuite du projet en question). ((Journal du Centre 12 mars 2022).

Méthanisation :

« Des associations s’élèvent contre l’unité de méthanisation en projet à Etaule près d’Avallon », que le préfet a autorisé par arrêté. Ses partisans, des agriculteurs locaux, soutiennent qu’il s’agit d’une « activité de déconditionnement des matières organiques alimentaires… » pour « traiter ces déchets, et produire du méthane qui, une fois épuré, serait injecté dans le réseau ». Il y aura aussi « une unité de liquéfaction du biogaz et une station pour alimenter des véhicules ».  « C’est un projet industriel et non écologique » disent ses adversaires qui craignent que vu sa taille, qui leur paraît énorme, l’atelier en question devra importer des déchets d’ailleurs, en grande quantité, d’où des nuisances qu’ils redoutent de voir considérables. Ils saisissent les tribunaux administratifs.

A Charbuy, la commune compte sur une « chaufferie biomasse » pour bientôt arriver à diminuer les frais de chauffage de ses locaux (gymnase, mairie, bibliothèque, restaurant scolaire, etc…) Investissement de 630 000 € dont 130 000 à la charge de la commune. (Yonne Républicaine 19 février 2022). 

Journaux

Le Journal du Centre :

16 février : 

. Une demi-page consacrée à l’assemblée générale de nos amis de l’association qui s’occupe du moulin des Eventées à St-Pierre le Moûtier, avec photos du bureau présidentiel et du moulin. La « maison du meunier », rénovée, va être réaménagée. Francis Lefebvre-Vary a participé à l’assemblée générale et félicité les dirigeants.

. Hommage à Jeanne Pautrat, qui vient de s’éteindre à l’âge vénérable de 105 ans. Elle adorait faire visiter les vieux monuments du Donziais. Elle publia un petit livre « La vallée du Nohain, ses villages, ses moulins… ».

L’Yonne Républicaine :

30 décembre 2021 : à Vaudeurs subsiste une magnifique éolienne  Bolée : l’article évoque les ravages opérés par les eaux de ruissellement.

17 janvier 2022 : parution du bulletin des Amis du Patrimoine de la Vallée de la Vanne 2021 », (dans le secteur de Sens), 248 pages dont un article sur « le moulin médiéval de Chigy ».

A Auxerre, on va reconstruire le « barrage à aiguilles » du Batardeau, qui servit longtemps au moulin de ce nom, mais sans les aiguilles, d’un maniement trop compliqué. Au moins le barrage est sauvé. (Yonne Républicaine 14 février 2022).

Télévision

Le 6 mars 2022, ARTE a diffusé un beau documentaire sur le grand peintre impressionniste Pierre Auguste Renoir, célèbre pour son « Bal du Moulin de la Galette ». On a pu voir des images de l’établissement qui subsiste ; de la cour on aperçoit les beaux restes des deux petits moulins à vent qui étaient dits de la Galette. Contrairement au « Moulin Rouge », situé plus bas à Pigalle, ils ont vraiment travaillé le blé.

Recherches

Sur les moulins du Serein (Côte-d’Or et Yonne)

Un adhérent de notre association ayant demandé ce que nous avions sur les moulins du Serein, nous travaillons sur ce dossier. 

Le Serein naît en Côte-d’Or dans le Morvan des environs de Saulieu ; il y reçoit notamment l’Argentalet, superbe rivière morvandelle qui traverse notamment la Roche en Brenil et anima le beau moulin de Villerin, entre autres…

Dans un livre intitulé « Catalogue des Cartes et Plans anciens volume 1. Archives départementales de l’Yonne. », que j’ai pu consulter à celles de Nevers, j’ai noté les références de ces cartes et plans (j’ai peut-être ici et là mal noté le nom du moulin). L’idéal serait que des adhérents domiciliés du côté d’Auxerre essaient de les étudier et de les photographier pour compléter notre petit dossier.

Angely : moulin de Marzy, 140 n°2.

Chablis 422.

Civry sur Serein Moulins de Villiers le Tournon 805. 

Hauterive moulin 236.

Héry Moulins des Baudiers 140 n°22.

Maligny moulin 138 n°7, et 194.

Poilly sur Serein moulin 140 n°34

Pontigny moulin 140n°35, bief 586, et H1516 « nouveau lit de la rivière, bief du moulin » et H1539 plan du finage de Venouze, moulin du Gastelot, rue du Bois.

Seignelay moulin 105 (Seignelay n’est pas sur le Serein mais me semble-t-il sur un de ses affluents).

Si des adhérents de l’Yonne pouvaient fouiller les dossiers de la série S (règlements d’eau) des communes le long du Serein, avec photos à l’appui, cela améliorait également notre petit dossier. S’il devient assez conséquent, nous pourrons envisager de le mettre sur notre site.

Recherches sur les moulins de la Vrille

Nous travaillons sur les moulins de la Vrille, qui commence à Treigny dans l’Yonne et se poursuit dans la Nièvre jusqu’à Neuvy-sur-Loire. Si des adhérents ont des informations, nous sommes preneurs.


Je vous ai promis un conte  : voire page ci-après

Le sous-préfet 

aux champs… du café

par Philippe Landry

Le tout nouveau sous-préfet était penché sur la carte de l’arrondissement, l’annuaire ouvert sous sa main droite… Dans la liste des communes disposant encore d’un café, il en repéra une, au fin fond d’une vallée : c’est là, décida-t-il, que, escorté de quelques gendarmes, il se rendrait dès le lendemain. Il donna les ordres en conséquence à la secrétaire. Celle-ci envoya un message internet et un SMS à la gendarmerie compétente pour le village en question, et au maire afin que celui-ci le reçût comme il sied.

C’est qu’il tenait à faire savoir comme il était attaché que l’on appliquât avec rigueur toute la loi sur le « passe sanitaire », notamment dans les bistrots et les restaurants. Cela y compris dans les arrondissements comme celui-ci symboliques du dépeuplement de la France rurale. Par exemple dans les villages : est-ce qu’on y respectait bien les ordres du gouvernement ? Ne disait-on pas qu’en maints lieux reculés le gendarme du coin se contentait de jeter un œil dans la salle : « ça va ? Tout le monde va bien ? Allez, bonne journée à tous ! ».

Il vérifia que le message avait valablement été envoyé par internet. C’est que c’était un féru de cette merveilleuse technologie ; c’est bien simple, il ne jurait que par elle.

Donc le lendemain matin dès potron minet, trois gendarmes étaient devant la mairie quand la voiture du sous-préfet s’y présenta, l’important personnage étant à l’arrière.

– Monsieur le Maire n’est pas là ?

– On nous dit qu’il ne va pas tarder à arriver, répondit le brigadier.

– Hé bien quand il me demandera quelque chose, j’aurai la même réponse ! dit le sous-préfet d’un joli mouvement de menton. 

On se rendit au café. Il y avait là la tenancière, une femme toute maigre et sèche dite « la Mère Darral », et quatre vieux gars occupés à jouer aux cartes – exactement à la manille. Lecteur, à propos, savez-vous jouer à la manille ? J’ai « tapé le carton » à ce jeu-là il y a quelque 60 ans, mais maintenant je suis bien incapable de, comme on disait, « manier le manillon ». Bref, nos bons vieux… c’est à peine s’ils levèrent les yeux aux nouveaux arrivants.

– Madame et Messieurs, bonjour !

– Bonjour Messieurs, répondirent modestement les occupants du bistrot.

Les gendarmes, ils les connaissaient vaguement de vue, et peu les inquiétait ce petit jeune homme fluet, tout étriqué dans son costume foncé à cravate claire. Il en fallait plus pour les détorber  : ils demeuraient comme confinés à leur jeu.

– Je me présente, Madame et Messieurs : je suis votre nouveau sous-préfet. Madame, avez-vous bien vérifié les attestations de ces messieurs ?

– Pour la vaccination ? Bah ! Je sais tout, par chez nous : qui est vacciné et qui ne l’est pas, alors votre papier avec l’affreux carré noir, je ne le demande à personne d’ici.

– Madame, ce n’est pas satisfaisant.

La vieille dame lui tendit le flacon de gel hydro-alcoolique.

– Hé ben Monsieur le Sous-Préfet, faîtes donc comme votre prédécesseur Ponce Pilate préfet de Jérusalem : commencez par vous laver les mains !

– Ne vous fâchez pas, Madame, je disais cela  avec tout le respect que je dois à vos cheveux blancs.

Chœur des partisans du passe sanitaire : Où va se nicher la perfidie de nos adversaires : ils réduisent Ponce Pilate au titre de préfet alors qu’il était procurateur !

Le sous-préfet et les gendarmes se passèrent les mains au gel, soigneusement.

– A nous, Messieurs, que nous contrôlions que chacun de vous a bien son attestation conforme.

Il sortit son smartphone tout neuf.

Les vieux gars fouillèrent leurs vestes . Ils présentèrent chacun son document plus ou moins soigneusement plié. Les 4 feuilles semblaient d’aspect réglementaire. Semblaient seulement, aux yeux de l’élégant haut-fonctionnaire.

C’est en personne que le sous-préfet confronta la première à son smartphone.

Rien.

Il insista : derechef l’appareil s’abstint de toute réaction.

Il essaya les autres feuilles : échec avec toutes.

– Vous ne semblez pas en règle, Messieurs.

Chœur  des vieux gars indifférents car absorbés à leur jeu : Ah bon ?

Chœur  des lecteurs ennemis du passe sanitaire : Comme si leurs satanés engins étaient infaillibles ! Est-ce qu’il n’était pas en panne, le foutu smartphone de ce Ponce Pilate ? Ou sa pile : est-ce qu’il avait bien vérifié qu’elle avait encore du jus ?

Le brigadier essaya à son tour. Toujours rien.

Le moins vieux du vénérable quatuor intervint alors :

– Sauf votre respect, Monsieur le Sous-Préfet, « on » a juste oublié de vous prévenir : ici point ne marchent vos bidules électroniques, attendu qu’on est trop au fond de la vallée pour qu’on puisse comment ils disent… Ah oui : « capter ».

Voilà une difficulté que le jeune homme n’aurait envisagé : pour lui, internet était le sésame universel qui ouvrait tout et partout.

– Mais on ne vous retarde pas, allez : on vous confie nos papelards, et vous pouvez aller accointer le maire là-haut sur le Mont-Chauve. Il y monte en pèlerinage tous les matins avec ses appareils pour voir et enregistrer tout ce qu’il a reçu la veille, aussi bien téléphone qu’internet. 

Le sous-préfet : !

– C’est facile, continua le vieux bonhomme : vous prenez le petit chemin derrière l’église et vous montez. Bon, vous n’avez pas les godillots à crampons qu’il faudrait vu la caillasse et la gadoue, mais vous savez, ça vous fera un bon exercice matinal. Comptez la demi-heure, quoi. Pour l’aller seul, je veux dire.

Le sous-préfet demeura abasourdi. Et puis de toute façon : lui, aller quelque part autrement qu’en voiture ?

– Dites-moi, Monsieur le Sous-Préfet, dit la Mère Darral, est-ce que je vous fais un café ? Je vous l’offre sans vérifier que vous avez bien votre attestation.

L’important jeune homme préféra se retirer avec toute son escorte, sans emprunter aux vieux gars leurs attestations pour les vérifier là-haut, sur le maudit Mont-Chauve : on aurait cru qu’il avait l’impression qu’il y devait y faire encore nuit et que des sorcières y dansaient sabbat.

Comme il allait se réfugier dans sa voiture, se présenta un bonhomme à peine moins âgé que les précédents, nanti d’un grand sac à dos, vêtu de lourdes chaussures et hautes chaussettes recouvrant le bas du pantalon, et armé d’un long bâton surmonté d’une petite gourde.

– Ah ! Monsieur le Sous-Préfet ! Que je me présente, je suis le maire. Je viens à l’instant de lire vos messages, là-haut sur le Mont Chauve, où j’étais à mon pèlerinage quotidien. Je suis descendu aussi vite que j’ai pu, même que j’ai failli glisser droit sur le fondement. Voulez-vous que je vous fasse visiter notre petite mairie ? Nous avons tous les appareils qu’il faut pour recevoir le téléphone et la 3G… Non la 5G… Enfin je ne sais plus, je n’y connais que couic. On compte arriver à recevoir tout ça bientôt… Mais vous savez, nous ne vous bousculons pas : nous avons confiance que vous ferez tout votre possible… Et ma foi, vous aurez peut-être plus de chance que vos prédécesseurs… Si tout va bien, quelques mois, c’est vite passé. Et la pandémie sera finie d’ici là.


Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins les 26 et 27 juin 2021 -Nièvre

Non classé


ALLIGNY-EN-MORVAN
Expositions autour du bois et de l’arbre
Venez en apprendre plus sur la vie de l’arbre avec des planches la vie de l’arbre, des photos de queules,
d’anciennes plechies fantomatiques. Sachez reconnaître lesessences de bois et connaître les divers
usages du bois, ainsi que des objets insolites en bois.
Venez voir l’exposition de dessins et travaux de l’école maternelle autour de l’arbre et du bois.
.
Lieu : Gîte des Bruyères -Alligny en Morvan
.
Date et horaires : dimanche 27 juin / 10h-18h30
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : 06 85 85 24 74 / danielcatherine.lassalle@orange.fr
.
Organisateur : « Alligny en Morvan Patrimoine » / Catherine LASSALLE, présidente de l’association


ALLIGNY-EN-MORVAN
Le moulin de Marnay
Adhérent AMMN
Visite du moulin.
Situé dans la vallée du Ternin, sur la commune d’Alligny-en-Morvan,
Le Moulin de Marna est très ancien puisque la première date d’occupation du site est mentionné en octobre 1260. Sauvé de la destruction à la Révolution Française, il s’est arrêté de moudre en 1970 pour la production de farine
blanche comestible puis en 1985/1986 pour la farine aux animaux. En octobre 1998 : Décès de Augustin
Branlard (Août 1904-Octobre 1998), dernier meunierau Moulin de Marnay. De 2006 à 2018, la maison du
moulin devient gite rural. Depuis 2021, développement d’une activité apicole.
.
Lieu : Moulin de Marnay – Alligny en Morvan
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27 juin / 10h-16h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : 06 06 62 76 29 / moulin.marnay@netcourrier.com
.
Organisateur Serge Calandre, propriétaire -http://lemoulindemarnay.net


BEAUMONT-LA-FERRIERE
Visite de l’église Saint-Léger de Beaumont-la-Ferrière
Visites libres de l’église du XVIIème siècle

.
Lieu : Eglise -Beaumont-la-Ferrière
.
Dates et horaires: samedi 26 et dimanche 27 juin / 10h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : René NICARD
09 62 19 33 74 / mairie.beaumontlaferriere@orange.fr
.
Organisateur : mairie / René NICARD


BEAUMONT-LA-FERRIERE
Visite de la « Maison d’Achille Millien »
Visites libres de la maison du poète rural, restaurée en 2013 et 2014.
La maison d’enfance du poète Achille Millien, propriété privée, date du troisième quart du XIXe siècle.
Sa façade a été classée monument historique en 1929.
.
Lieu : Maison d’Achille Millien
-11, le Bourg -Beaumont la Ferrière
.
Dates et horaires: samedi 26 et dimanche 27 juin / 10h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : René NICARD / 09 62 19 33 74 / mairie.beaumontlaferriere@orange.fr
.
Organisateur : mairie / René NICARD


BITRY
En Puisaye sur les traces du peintre La Villéon
Emmanuel de La Villéon (1848-1944) est un peintre d’origine bretonne (Fougères, où il a son musée) qui
vécut de 1900 à 1936 dans une maison de maître du hameau de Salvard à Bitry en Puisaye. Admirateur de
Monet, il adopte l’essentiel des caractéristiques de l’impressionnisme. Ce parcours, maintenant agrémenté
de panneaux comportant reproductions et commentaires, permet de retrouver une partie des lieux peints
par l’artiste dont certains caractéristiques du bocage poyaudin. Le parcours sera commenté par le
président de l’association qui a créé le parcours.
.
Lieu : Parking de la salle des fêtes C. Chazeau -Bitry
.
Date et horaires : dimanche 27 juin / 9h-12h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : 06 33 83 54 64 / domidurin@wanadoo.fr
.
Organisateur : Association « La Villéon en Puisaye/Dominique DURIN


BOUHY
Marché du terroir au moulin Blot (moulin à vent restauré)
Adhérent AMMN
Marché autour du moulin
et vente de farine du moulin.
A 16h : AG de l’association
suivie de la plantation
d’un arbre suivant le thème des JPPM 2021.
.
Lieu : Moulin Blot -Bouhy

Date et horaires
: samedi 26 juin / à partir de 16h30
.
Tarif : gratuit
.
Contacts : Guillaume / 06 86 27 20 63
https://www.moulins-a-vent.net/Moulins/bouhy_blot.htm
.
Organisateur : Association  »Les Amis du Moulin Blot »
.
Partenariat : « Centre permanent d’initiatives pour l’environnement Yonne et Nièvre »


BULCY
Exposition dans l’église et stands de vente dans le jardin
L’église abritera une exposition sur le bois et ses usages dans le village : les anciens métiers du bois qui y
ont été exercés et les remarquables réalisations de bois subsistantes ou disparues : flèche de l’église, charpentes
anciennes, roues des moulins et d’autres… Les règles sanitaires seront mises en place pour la sécurité de chacun. L’entrée de l’église, gratuite, se fera par petits groupes.
Sur des petits stands disséminés dans le jardin, seront mis en vente, entre autres, des pâtisseries,
confitures, friandises, et des livres.
.
Lieu : Eglise Saint Martin -Bulcy
.
Dates et horaires: samedi 26 et dimanche 27 juin / 14h45-18h30
.
Tarif : Participation libre au profit de la restauration de l’église
.
Contacts : Christiane SALOMON-BIBERT, présidente / 03 86 69 02 27 christiane.salomon@dbmail.com
.
Organisateur : association « Sauvegarde du Patrimoine de Bulcy »

CHIDDES
Visite et parcours commentés et illustrés des 3 sanctuaires de Chiddes
De 13h30 à 15h30 : Visite commentée et illustrée de l’Eglise Notre Dame du Suprême Pardon (2)

De 15h30 à 16h : Visite de l’ancienne église romane St Maurice (propriété privée) (1)

De 16h à 18h : Circuit de la procession annuelle du Pardon du Montcharlet (3) Ascension du Montcharlet, panorama sur le Morvan etles hauts de la commune de Chiddes, retour place de l’église par la fontaine Saint-Jean.
.
Lieu : Place de l’église -Chiddes
.
Date et horaires : samedi 26 juin / Départs visites = 13h30, 15h30, 16h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : 06 18 69 37 75 / timorvand@aol.com
.
Organisateur : « Association de Sauvegarde du Patrimoine Chiddois »
.
Partenariat : Municipalité de Chiddes et le propriétaire de l’ancienne église


CHIDDES
Visite commentée et illustrée du Moulin de Mirloup
Adhérent AMMN
Découvrez au sein de cette propriété privée, les vestiges de l’ancien moulin de Mirloup : le bief environ 200
mètres, le canal de fuite, les déversoirs de sécurité ainsi que la roue métallique. Dans la cour, se trouvent
des panneaux d’information sur les moulins de Chiddes, les meuniers, leur histoire, leurs productions,
farine, huile, foulonnage du chanvre et aussi, quelques mots sur les deux tuileries.
.
Lieu : Le moulin – Impasse de Mirloup -Chiddes
.
Date et horaires : dimanche 27 juin / 14h-17h30
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : 06 07 79 37 46 / timorvand@aol.com
.
Organisateur : « Association de Sauvegarde du Patrimoine Chiddois »
.
Partenariat : « Les Jardins de Mirloup » https://www.nievre-tourisme.com/visiter/les-jardins-de-mirloup


CORANCY
Chapelle de Faubouloin
Perdue au milieu des bois, la chapelle est de construction simple. Faubouloin fut l’un des grands
sanctuaires régionaux. Le pèlerinage était le lundi de Pâques et le 08 septembre, jour de la fête de Marie.
Actuellement le pèlerinage existe toujours mais le 15 août. Cette Chapelle est entourée de 3 fontaines,
Sainte Marie, Sainte Marguerite et la fontaine du Frêne. Profitez d’une très agréable visite du lieu.
.
Lieu: Chapelle de Faubouloin -Corancy
.
Date et horaires : samedi
26 juin / 10h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts :
03 86 78 02 79 / associationpatrimoinecorancy@gmail.com
.
Organisateur : « Association Patrimoine Corancy »/ www.corancy

COSNE-SUR-LOIRE
Visite guidée :« De l’arbre au chaland, le charpentier de marine » par Nicolas Brocq
L’arbre constitue une resssource essentielle de la construction navale sur la Loire. Les
chalands (en chêne) ou les sapines (en sapin), constituent la typologie classique e de ces grands bateaux utilisés jusqu’au milieu du 19e siècle pour le transport de marchandise sur le fleuve. Le musée de la Loire vous propose
d’identifier d’abord les outils du scieur de long ouu du charpentier de marine avant de découvrir les différentes
manoeuvres réalisées à bord du grand chaland de Loire.
La visite sera suivie d’une présentation de « Princesse de Loire » avec les gabariers.
.
Lieu : Musée e de la Loiree -Cosne s sur Loire
.
Date et horaires : samedi 26 juin /Départ de la visite à 10h
.Tarif : Gratuit
.
Contacts : Musée de la Loire / 03 86 26 71 02 / musee@@mairie-cosnesurloire.fr.fr
.
Orgrganisateurr : Musée de e la Loire
https://ww/www.museedelaloire.fr/jjournees-du-patrimoine-de-pays-et-des-moullins/
.
Partenariat : « Association des Gabariers du Haut Val de Loire »


COSNE-SUR-LOIRE
Visite guidée : « De l’arbre à l’estampe, les bois gravés de Ferdinand Chalandre »
L’arbre c’est aussi une matière première artistique ! Le bois est en effet le matériau de prédilection de
l’artirtiste Fernanand Chalandre pour la réalisation de ses xylogravures. Le graveur creusait une planche en
suivvant son desssin qui était ensuite encrée puis pressée sur une feuille de papier afin d’obtenir ses tirages
multiples. Le musée de la Loire vous invite à une visite de l’exposition au cours de laquelle vous
commprendrez toutes les étapes de la planche à l’estampe. Elle sera suivie d’un atelier pratique au cours
duquel vous découvrirez les outils et astuces de la gravure sur bois.
.
Lieeu : Musée e de la Loiree -Cosne s sur Loire
.Date et horaireres
: dimanche27 juin / Départ de e la visite à 11h30
.
TaTarif : Gratuitt
.
ConContacts : Muusée de la LLoire / 03 866 26 71 02
/ musee@@mairie-cosnnesurloire.fr.fr
.
Orgrganisateurr : Musée de e la Loire
https://wwww.museedelaloire.fr/jr/journees-du-patrimoinne-de-pays–et-des-moululins/



COSNE-SUR-LOIRE
Visite guidée : « L’arbre dans les parcs et les jardins, histoire et découverte des arbres »
Promenades, jardins, squares, parcs… le vocabulaire a évolué mais la volonté d’aménager des
espaces verts au coeur de la ville est restée une constante de l’action municipale à Cosne. Source
d’agrément ou de revenu, l’arbre est bien documenté dans les archives. Les Archives municipales feront sortir de l’ombre les espaces verts qui ont embelli la cité tout au long des XIXe et XXe siècles : écrits, plans, photos et cartes
postales illustreront cette présentation qui sera suivie d’une balade à la découverte des arbres remarquables ou en devenir dans la ville.
.
Lieu : Hôtel de Ville -Cosne sur Loire
.
Date et horaires- : dimanche 27 juin / 10h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Office du Tourisme / 03 86 28 11 85 / contact@ot-cosnesurloire.fr
.
Organisateur : Ville de Cosne-Cours-sur-Loire / https://mairiecosnesurloire.fr/
.
Partenariat :
Service Archives municipales – Service Education à l’Environnement Coeur de Loire


COSNE-SUR-LOIRE
Visite guidée : « Les moulins du Nohain à Cosne » par Francis Lefebvre-Vary
Président AMMN

Si la rivière Nohain est finalement bien modeste en connexion avec sa grande soeur Loire, elle a
animé pourtant un grand nombre de moulins grâce à son débit important et régulier. Qu’ils permettent de moudre
les grains, d’extraire le tan, de traiter des étoffes ou de forger le minerai… ces petites usines hydrauliques
constituaient un véritable maillage industriel dense au coeur même de la cité cosnoise. Suivez-nous à la
découverte de ces petits trésors du patrimoine de l’ancien Moulin aux Moines (les Forges de La
Chaussade) jusqu’au Moulin de Beauvoir ou des Tourneurs (rue Waldeck Rousseau).
.
Lieu : Hôtel de Ville -Cosne sur Loire
.
Date et horaires = samedi 26 juin / 16h30
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Office du Tourisme / 03 86 28 11 85 / contact@ot-cosnesurloire.fr
.
Organisateur : Ville de Cosne-Cours-sur-Loire /
https://mairiecosnesurloire.fr/
.
Partenariat : « Association des Moulins du Morvan et de la Nièvre »


COSNE-SUR-LOIRE
Conférence « Histoire des moulins du Nohain à Cosne » par F. Lefebvre-Vary
Président AMMN

Si l’histoire des moulins du Nohain s’écrit encore aujourd’hui au présent, c’est le passé laborieux de ces
édifices que nous vous invitons à découvrir. Propriété de religieux, de riches industriels ou de privés, ils ont
tous contribué au dynamisme artisanal et à la vie de la cité. Documents d’archives, plans, photographies
anciennes… feront revivre ces activités variées mues par la force de rivière. Vous comprendrez ainsi
comment la rivière a été peu à peu canalisée dans la ville et quels étaient les organes essentiels
au bon fonctionnement de ces formidables machines millénaires.
.
Lieu : Salle du Belvédère du Palais de Loire -Cosne sur Loire
.
Date et horaires : samedi 26 juin / 18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Office du Tourisme / 03 86 28 11 85 / contact@ot-cosnesurloire.fr
.
Organisateur : Ville de Cosne-Cours-sur-Loire /
https://mairiecosnesurloire.fr/
https://fr-fr.facebook.com/ville.cosne/
.
Partenariat :
« Association des Moulins du Morvan et de la Nièvre »
« Association des Amis du Musée de la Loire et du Patrimoine »

COSNE-SUR-LOIRE
« Le moulin du Grand Saint-Martin »

sur le Nohain à Cosne, histoire et perspectives
Nommé à l’origine Moulin des Prés, il appartient à l’évêque d’Auxerre, par ailleurs seigneur de Cosne.
Devenu finalement Moulin du Grand Saint-Martin au 19e s., il connaîtra son âge d’or sous la houlette de
Leblanc-Laborde ou des frères Pinon. Après sa fermeture en 1968, Paragon en devient propriétaire jusqu’à
sa récente vente à un privé. Nous vous convions à la découverte de cette longue histoire du Grand Saint-
Martin et de ses immenses bâtiments, alors même qu’une nouvelle page s’ouvre désormais, dont l’histoire
reste à écrire…
.
Lieu : Moulin du Grand Saint Martin Paragon
-Rue des Rivières Saint Agnan -Cosne
.
Date et horaire : dimanche 27 juin / 15h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Office du Tourisme / 03 86 28 11 85 / contact@ot-cosnesurloire.fr
.
Organisateur : Ville de Cosne-Cours-sur-Loire /
https://mairiecosnesurloire.fr/
https://fr-fr.facebook.com/ville.cosne/
.
Partenariat :
« Association des Moulins du Morvan et de la Nièvre »


DONZY

Visite libres, guidées et animation au Moulin de Maupertuis
Adhérent AMMN
A l’occasion des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins, le Moulin de Maupertuis ouvre ses portes
et vous propose une animation unique autour duthème de cette année : l’arbre « Le bois dont on fait les
flûtes ! »
.
Lieu : Moulin de Maupertuis, rue André Audinet-Donzy
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27 juin 10h-12h et 14h-18h
.
Tarif : de 0 à 6 €
.
Contacts : Georges NARCY / 03 86 39 39 46
moulin-maupertuis@wanadoo.fr
www.moulindemaupertuis.jimdo.com
.
Organisateur : « APSMM » Moulin de Maupertuis


DONZY
Visite du plus beau moulin du Monde !
Adhérent AMMN
Visite guidée du moulin, explications de la production d’huile de noix et d’huile de noisette, accès au jardin
et à la rivière, dégustation d’huiles, vente des produits du moulin. Lancement de deux produits nouveaux :
la Donzette et le Donzynoix (Pâte à tartiner ), vente d’autres produits du terroir.


.
Lieu : Moulin de l’Île -14, rue de l’Eminence -Donzy
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27 juin/ 10h -12h et 14h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Frédéric COUDRAY / 06 87 97 32 10
.
Organisateur : SARL Huilerie du moulin de l’ïle www.huileriedumoulin.fr/



DONZY
A la découverte du bois de Tramois
Pour les JPPM, le bois de Tramois vous dévoilera son histoire et son utilisation par l’homme. Pour
commencer la sortie, vous partirez à la rencontre de sa faune et de sa flore avec une animatrice nature de
la Communauté de Communes Coeur de Loire. Avec l’Office Nationaldes Forêts, vous découvrirez ensuite
les usages, les métiers qui lui sont liés et les différentes gestions existantes.
.
Lieu : Les Tramois -Donzy
.
Date et horaires : samedi 26 juin / 10h-12h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : 03 86 39 54 54 /pavillondeloire@coeurdeloire.fr
.
Organisateur : Com.Com. « Coeur de Loire »
https://www.coeurdeloire.fr/education-a-lenvironnement/
.
Partenariat : « Office National des Forêts »


DONZY
Espace du moulin du Commandeur et Foulon du Point du Jour
Adhérent AMMN
Visite du site : Foulon du Point du Jour et moulin du Commandeur
Exposition et description du traitement du chanvre et de la laine de mouton, avec outils anciens.
.
Lieu : Quartier du Commandeur -Donzy
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27 juin/ 10h -12h et 15h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Jean-Louis Chantreau/ 06 98 70 03 79 / tikihoock@yahoo.frt
.
Organisateur :
Jean-Louis Chantreau, historien de Donzy


EMPURY

Promenade dans le jardin du moulin de Charrières
Adhérent AMMN
Promenade dans le jardin de l’ancien moulin à eau du XIIème siècle.
Identification des différentes essences d’arbres.
.
Lieu : Moulin de Charrières -1, route d’Athée -Empury
.
Date et horaires : dimanche 27 juin / 10h-19h
.
Tarif : Gratuit

Contacts : 06 07 75 83 50/ bruno.hecquet@outlook.fr
.
Organisateur : Bruno HECQUET, propriétaire du moulin de GIRY

GIRY

Visite sur le site du « gros chêne » âgé de plus de 700 ans, visite programmée en 2020.
.
Lieu : Rue des Sillons-Giry
.
Date et horaires : samedi 26 juin / 10h et 14h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Elisabeth Gaujour-Hérault / 06 81 80 11 63 / commune.giry@wanadoo.fr
.
Organisateur : Commune de Giry

GLUX-EN-GLENNE

Sculpture sur bois à la tronçonneuse
« Depuis toujours, j’aime le bois, le sentir, le toucher le travailler, le poncer, le raboter, le couper. Pour
l’anecdote, au noël dernier, j’ai décidé de faire un tabouret en forme de cep pour mon fils et j’ai pris ma
tronçonneuse… J’ai attrapé le virus, et depuis, sont sortis de mon atelier : marmotte, ours, champignons,
vierge, truite, chouette aigle, chèvre etc Mon hobby et ma passion sont devenus mon quotidien et mon
métier, je suis sculpteur sur bois à la tronçonneuse !! Bruno Alléos « Le Lutin du Haut Folin » 58 ans »
.
Lieu
: Atelier « Le Lutin du Haut Folin »-Glux en Glenne
.
Date et horaires : samedi 26 juin / 10h et 17h30
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Bruno Alléos : 06 73 20 87 79 / alleosbruno@gmail.com
.
Organisateur :
« Le Lutin du Haut Folin » /
http://www.lelutinduhautfolin.sitew.fr/
https://www.facebook.com/lutinduhautfolin


LIVRY
Visite du « Musée de la Vigne et Métiers du Terroir »
et exposition temporaire
Installé dans une grange typique rénovée, c’est un lieu à vocation culturelle qui veut témoigner de la
richesse et de la diversité du patrimoine français à travers une exposition d’outils et d’objets se rapportant aux travaux de la vigne et du vin ainsi qu’à différents artisans tel que le tonnelier, le menuisier et le sabotier… Lors d’une visite libre, découvrez la collection du musée ainsi qu’une exposition temporaire.
.
Lieu : Musée -Lieu-dit « Riousse » -Livry
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27 juin / 15h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : 06 89 32 21 79/ alexa.roy@orange.fr / www.livry.fr
.
Organisateur : Musée / Alexa ROY, responsable du musée
.
Partenariat : Mairie de LIVRY


LURCY-LE-BOURG
Découverte atelier et réalisation de naturalisation d’animaux
Venez suivre la visite commentée d’un atelier de taxidermie avec des démonstrations et explications, les réponses à
vos questions et un débat.
.
Lieu : 12, rue du Crot de Boulon – Hameau de « Boulon »
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27 juin/ 8h-20h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : /06 13 53 65 89/ thierry.mulard@wanadoo.fr
.
Organisateur :
« Passion Nature » -Thierry MULARD, taxidermiste


MENOU
Chapelle Notre-Dame-de-la-Tête-Ronde
La chapelle de la Tête ronde à Menou
(1872 -1875) est en cours de restauration. Vous pourrez
découvrir la chapelle, son histoire
et ses restaurations le Samedi 26 de 14h à 18h.
L’intérieur n’est pas accessible.
Le lieu offre un magnifique panorama à l’Est et au Sud sur les Vaux d’Yonne jusqu’au Morvan, et à l’Ouest
en direction de Donzy et de la plaine de la Loire.
.


Lieu: Chapelle de la Tête Ronde -Menou
.
Date et horaires : samedi 26 juin / 14h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Véronique RAVAUD / 03 86 39 81 94
.
Organisateur :
Mairie de Menou /menou58.fr / mairie.menou@wanadoo.fr

MORACHES
Visite de l’église Saint-Celse et Saint-Nazaire
Construite au début du XVIe siècle dans le style gothique flamboyant, l’église Saint Nazaire et Saint Celse
figure parmi les plus élégantes de la région selon le comte de Soultrait qui a décrit les richesses
archéologiques de la région. Incendiée, pillée par les Huguenots, en partie détruite par un ouragan, l’édifice
a surmonté toutes ces épreuves grâce à la volonté et l’acharnement de ses paroissiens. Le clocher
reconstruit en 1852 compte trois cloches dont la plus grosse pèse 1200 kg. L’accès aux visiteurs est libre
pendant ces deux jours et une visite guidée se tiendra le samedi à 14h30.
.
Lieu : Eglise -Le bourg -Moraches
.
Dates
et horaires
: samedi 26 et dimanche 27 juin /10h-18h
Accès libre les 2 jours et visite guidée le samedi à 14h30
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Jean MILLARD / 06 63 15 45 98/jean.millard@sfr.fr
.
Organisateur :
Commune de Moraches et
.
Partenariat : Association « Moraches en fête »


POISEUX
Travail artisanal et décoratif du bois
Le siège social de l’association  » AU TOUR DU BOIS  » reçoit dans un atelier et un local des personnes
amateurs et/ou intéressées par le travail du bois et en particulier le tournage et le chantournage. Selon les
disponibilités des animateurs et encadrants nous vous proposerons une présentation des outils utilisés
régulièrement, exposition de réalisations, consultation de documents possibles…La mise en oeuvre
pratique se fait en atelier d’une demi-journée à une journée lors de sessions programmées dans l’année
avec un accompagnement individuel pour une participation modique.
.
Lieu : 9, rue de Marcy – Poiseux
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27 juin /10h-12h et 15h-17h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : François Gallay /06 65 25 53 94/ francois.gallay@neuf.fr
.
Organisateur : Association « Au Tour Du Bois »


SAINT-FIRMIN
Randonnée, lecture du paysage, récit-rallye « Jean des Oiseaux » dans les Amognes
Entre panoramas, chemins creux et les innombrables collines boisées des Amognes, suivez le parcours
initiatique de Jean des Oiseaux et tentez de résoudre les quatre énigmes de cette promenade en
observant attentivement les éléments du paysage signalés sur la carte. Ce parcours-jeu en onze étapes
sera animé par Claire-Hélène Delouvée, paysagiste, qui vous guidera et commentera les paysages traversés.
.
Lieu: RDV = Croix du hameau de Sept Voies-St-Firmin
.
Date et horaires : Dimanche 27 juin/ 14h-18h
.
Tarif : Famille = 10€ / Tarif plein = 3 €/ Gratuit = moins de 12 ans
.
Contacts : Virginie Jules / 06 81 77 62 69 / www.caue58.com.
.
Organisateur :
CAUE / caue58.documentation@gmail.com
.
Partenariat : Conseil Départemental de la Nièvre
https://www.facebook.com/CAUE58

SAINT-LOUP-DU-DORAT
FRAM’ART
Visite du verger conservatoire à l’occasion de notre exposition d’art.
.
Lieu : 9, rue du Maître de Forges -Saint Loup du Dorat
.
Dates et horaires : samedi 26 et dimanche 27juin / 10h-12h et 14h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Musée de Saint-Loup/ 03 86 39 91 41 /musee.st-loup@orange.fr
.
Organisateur : Musée de la Machine agricole et de la Ruralité / www.framaaa.fr


SAINT-PERE
Les moulins de Moulin-L’Evêque, près de Cosne-sur-Loire
Adhérent AMMN
Sur le site de moulin l’évêque, plusieurs roues ont jadis tourné ensemble. Le moulin de la commanderie
après avoir été un moulin classique a été converti en atelier de mécanique générale. Tous les outils y sont
conservés depuis. Une balade d’une heure au fil de la rue, du bief et une découverte de ce moulin atypique.


.
Lieu : Rue des Moulins -Moulin l’Evêque à St Père
.
Dates et horaires : samedi 26 juin et dimanche 27 juin 10h-12h et 15h-18h
.Tarif : Gratuit
.
Contacts : Lucile Saum Décuns / 03 86 28 11 85/ contact@ot-cosnesurloire.fr
.
Organisateur : Office de Tourisme « Loire Vignobles et Nohain »
http://www.ot-cosnesurloire.com/


SAINT-PIERRE-LE-MOUTIER
Moulin à vent « les Eventées », fabrication de pain, artisanat du bois
Adhérent AMMN
Visite du moulin, fabrication de pain dans un four à bois et marché des producteurs locaux.


.
Lieu : Les Eventées-7, Le Champ de la Vigne -St Pierre le Moûtier
.
Date et horaires : dimanche 27 juin / 10h-17h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Gilles MENETRIER / 06 17 34 02 41/ gilles.menetrier@orange.fr
.
Organisateur : association « APNB » /Gilles Ménétrier, président

Journées duPatrimoine de Pays et des Moulins 26 et 27 juin 2021 dans les départements voisins
de la Nièvre (moulins qui adhèrent à l’AMMN)


SAÔNE & LOIRE
ROUSSILLON-EN-MORVAN


Visite du moulin des Viollots, démonstration de savoir-faire
Adhérent AMMN
Visite du moulin en fonctionnement, vente de farine et cuisson du pain au four à bois.
.
Lieu : Moulin des Viollots -Roussillon en Morvan
.
Date et horaires : dimanche 27 juin / 9h-12h et 14h-18h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Gilbert DEVOUCOUT / 06 42 49 84 42/ val.garcia71@orange.fr
.
Organisateur :Association « Moulin des Viollots »


YONNE
CHÂTEL-CENSOIR
Vivre la nature au Jardin des Alouettes

Adhérent AMMN
Une visite du domaine libre ou guidée, découverte en passant du moulin, du verger conservatoire, du jardin
de production. Observation d’un élagueur, petites installations accrobranches pour les plus jeunes,
animateur nature pour visite de l’étang et de ses arbres d’eaux. Contes et histoires
d’arbres. Conférence historique sur les lieux, exposition nature…le tout en musique par l’association Vita’zik, le groupe Horizon.
.
Lieu : Jardin des Alouettes -Châtel Censoir
.
Date et horaires :samedi 26 juin / 10h-17h
.
Tarif : Gratuit
.
Contacts : Olivier et Kate Hallet / 06 89 11 99 66 / lesalouettes@orange.fr
.
Organisateur : « Jardin des Alouettes » / https://www.gitealouettes.com/
.
Partenariat :
les associations « C’est Châtel », « CCHA », »
Ferme et Compagnie » et « Vita’Zik »

Nouvelles Meunières N° 36

Non classé

Par Philippe Landry

Les désastres de la continuité écologique

Fabienne Nedey publie dans Actualité Culture un article ambigu intitulé :

« Entre patrimoine et écologie les moulins font le grand écart »

Ce titre implique la séparation, voire l’opposition, dans l’esprit de l’auteur, entre le patrimoine et l’écologie. Or nous soutenons qu’en défendant les moulins et leurs chaussées, nous défendons leurs écosystèmes et notamment les « zones humides », que cet auteur se garde d’évoquer. 

Fabienne Nedey considère que les défenseurs des moulins sont sur des positions « dogmatiques » : comme si l’administration ne campait pas elle-même sur des dogmes, avec cette différence qu’elle les crée elle-même.

Fabienne Nedey reconnaît cependant que, comme nous l’avons souvent dit, la politique française de continuité écologique n’est nullement dictée par les directives européennes. Elle expose que l’administration a lancé le Plan d’action pour une politique apaisée de restauration de la continuité écologique …

D’où la question : le Plan d’action pour une politique apaisée de restauration de la continuité écologique mis en œuvre depuis 2018 est-il assez « apaisant » ? La réponse est oui selon Jacques Pulou, référent « hydroélectricité » de France Nature Environnement, membre du Comité de Bassin Rhône-Méditerranée, car « l’effort de priorisation qui a été fait dans les bassins versants est intense ». Sur ce bassin, les ouvrages prioritaires sont au nombre de 1 375 (sur les 3 569 situés sur des cours d’eau classés en liste 2 et sur un total de 23 440 ouvrages sur le bassin), la moitié ont été « traités » ou font l’objet de travaux. »

Peut-on s’en réjouir ?

Mais elle reconnaît que sous couvert de prétendu apaisement l’administration a manié la langue de bois« Jean-Marc Lévy, délégué général de France Hydroélectricité, lui, perçoit très mal la volonté d’apaisement : « La concertation promise pour la priorisation n’a pas toujours eu lieu et, quand ça a été le cas, il n’a pas été tenu compte des résultats. Alors que l’efficacité des aménagements demandés est le cœur du problème, on attend depuis deux ans la nomination des référents économiques qui sont censés, au sein des Dreal, se pencher sur la notion de coût-efficacité. Rien ne bouge. » 

Antoine Poisson, chargé de la filière hydroélectrique chez Valorem, confirme : « Une politique apaisée, ce sont des diagnostics partagés, sur la base d’éléments scientifiques objectifs, dans une logique rationnelle de coûts-bénéfices. On n’y est pas. » Ce bureau d’études et producteur d’énergies renouvelables a récemment mis en service, dans le Tarn, une centrale de 300 kilowatts sur un ancien moulin à blé, en rétablissant la continuité piscicole et réhabilitant une friche industrielle. » 

Lire la suite

Nouvelles meunière n° 31

Non classé Nouvelles meunières

Par Philippe Landry

Actualités des énergies renouvelables

Nevers ça me botte n° 235, juillet-août 2020 : interrogé sur ses intentions, le maire de Nevers M. Thuriot, dont le mandat est renouvelé,  annonce qu’il « verra le déploiement du photovoltaïque sur les bâtiments municipaux, ainsi que la captation du « potentiel » hydroélectrique de la rivière Nièvre dans sa traversée de Nevers ». Pour le second point, ça ne peut se faire qu’à l’ISAT et sur le canal de décharge, ce qui promet de belles bagarres en coulisse, puisque l’administration de l’État voudrait condamner les 5 barrages qui s’y succèdent.

(On pourrait utiliser le potentiel des anciens moulins Pilavoine, Martelet et du Chapitre, mais à condition de diminuer fortement la quantité d’eau évacuée vers la Loire à partir de Coulanges par le canal de décharge.)

Eolien

. Autour de Rouy, un nouveau front…

Le Journal du Centre des 2 et 5 septembre annonce un projet de 8 éoliennes géantes autour de Cizely, à répartir entre les communes de Billy-Chevannes, Cizely, Rouy et Saxy-Bourdon. Immédiatement s’est créée une association hostile, dont le premier argument avancé est que le secteur est situé « à la lisière de la zone Natura 2000 ». Le bureau d’études chargé de préparer le projet fait savoir qu’il tiendra des réunions publiques.

. Tandis que celui du sud-Morvan s’amplifie. 

Le 7 septembre, le Journal du Centre titre : 

« Luzy

Bataille ardue entre les opérateurs et les associations…

Le combat contre l’éolien va souffler fort ».

Au moins trois associations se sont constituées dans le secteur pour empêcher la réalisation du grand projet éolien, chacune ayant son siège dans la localité principale de chaque secteur : Luzy (Nièvre), Marly-sous-Issy et Montmort (Saône-et-Loire). Elles se sont réunies au château de Pont-de-Vaux pour coordonner leurs actions. Elles repèrent des « contradictions du gouvernement » qui tantôt admet qu’il ne « pourra pas imposer l’éolien d’en haut », et tantôt programme que la France passe de 8 000 à 20 000 éoliennes. Détail important dans l’article : la DRAC reconnaît que des éoliennes seraient gênantes autour de la fameuse église d’Issy-l’Evêque, qui est classée monument historique.

En revanche, le site de Pougny prospère : le Journal du Centre du 8 septembre annonce que le 12ème mât attend ses pales.

Solaire

Bourgogne Magazine n° 65 de juillet-septembre 2000 décrit « Montbard rayonnant » grâce à des projets de grandes fermes photovoltaïques, menés par EDF. L’article précise que déjà fonctionne une grande centrale de ce type à Dissangis dans l’Yonne, tandis que deux autres sont en construction près de Dijon (Valmy) et de Chalon-sur-Saône (Lux). 

Les désastres de la continuité écologique

Rien de nouveau pour l’instant : il suffit d’observer l’état des rivières après les semaines de sécheresse que nous venons de vivre : nos ennemis ont du mal à nier que des seuils, peuvent être utile pour créer des réservoirs d’eau.

Journaux

Le Journal du Centre

22 août 2020 : Toute une page consacrée aux fabricants locaux de savon, en général soucieux de bio. Rappelons qu’un bon savon contient de l’huile. L’un des fabricants,         M. Juan Castro, installé au manoir de Thard, commune d’Onlay non loin de Moulins-Engilbert, utilise volontiers de l’huile de noix du moulin de l’Ile à Donzy, mais aussi de l’huile de colza venant de chez M. Boussard, de Raveau, dont nous avons naguère visité l’atelier. Il utilise aussi de l’huile de cameline fabriquée dans la Nièvre mais n’en précise pas l’origine.

26 août 2020 : En dernière page, en bas, petit article « Des guitares pour des stars mondiales » ; l’entreprise Furch, de la république tchèque, qui s’avère un grand producteur de guitares, est née dans un moulin. Elle a maintenant 60 salariés : l’article ne précise pas si les ateliers demeurent au dit moulin.

29 août 2020 : dans la page relative aux « sorties », annonce de l’ouverture exceptionnelle du moulin des Eventées, avec une grande photo.

31 août 2020 : le président de l’association « Le GRADE », qui s’occupe des recherches archéologiques d’Entrains et de son petit musée, rend hommage à notre ami Alain Bouthier récemment disparu : « maître de conférence et spécialiste de la prospection aérienne et qui a participé à la première fouille au chantier Chambault, aux côtés de Jean-Bernard Devauges ».

2 septembre 2020 :

. Dans une série intitulée « Patrimoine méconnu » du Val de Loire, grand article « Au cœur de l’industrie métallurgique » évoquant Chailloy, « dans les environs de Suilly-la-Tour ». « L’ensemble formé par le moulin, la forge et une maison de maître, a été construit durant le second quart du XVIe siècle par la famille du théologien protestant Théodore de Bèze ». L’article précise que cette famille possédait des forges et des mines notamment de plomb ailleurs en Nivernais : il ne l’indique pas, mais il s’agit du secteur de Chitry les Mines. Le site conserve de magnifiques arbres qui auraient été « plantés à la fin du XVIIe siècle, parallèlement à l’installation des différentes retenues d’eau nécessaires au moulin et aux forges ».

5 septembre 2020: Parution du bulletin 2020 des Amis du Vieux Guérigny. Il est consacré au travail de la chaux et du ciment dans le secteur, notamment à Urzy et St-Martin d’Heuille. L’article évoque une famille Tart, en précisant qu’elle a possédé le moulin de Luanges à Urzy. Rappelons que les cimenteries utilisaient des meules pour broyer la pierre de chaux.

8 septembre 2020 : un article sur Neuvy sur Loire, « Opération nettoyage pour un village propre ». La photo montre la Vrille à l’endroit où elle s’élargit : au fond on reconnaît l’ancien moulin Carré

Revues

La Loire et ses Terroirs, n° 105, juillet 2020 : Très grand article sur les « moulins pendus » du Cher (la rivière), de la page 106 à la page 142. On les nomme aussi « moulins pendants ». Je rappelle le principe : suspendue sous un pont, la roue monte ou descend pour recevoir au mieux la force de la rivière ; pour cela, de lourds vérins sont manipulés sur le pont. On peut émettre l’hypothèse que le moulin sous le pont de La Charité était ainsi fait ; il y a eu un projet de construire ce genre de moulin à Nevers sur la Loire. L’article propose des illustrations absolument fabuleuses ; un des ponts décrits compta deux roues parallèles. Il demeure quelques vestiges avec des roues en ruine.

Echos du Passé (revue des Amis du Dardon » : le n°129 de 2020 propose une suite à l’article sur les moulins de Toulon sur Arroux paru dans le 128 de 2019 : « Battoirs et tanneries à Toulon-sur-Arroux », par Michel Derry. J’y remarque que moulin de Pontin devint une usine hydroélectrique chargée de l’éclairage du bourg en 1903. La reproduction d’une page de l’annuaire de Saône-et-Loire de 1922-23 indique trois meuniers en activité à Toulon : Brivot, Belleville, Bonnot, et dans le « secteur électrique » « Belleville, ingénieur électricien » : j’en déduis que c’est lui qui menait le moulin du Pontin.

Bourgogne Magazine n° 65 de juillet-septembre 2020 : page 54, à propos des gallo-romains, et de leur manière de se nourrir, l’article cite l’historienne Fabienne Creuzenet : « Le pain s’est tellement bien développé en Gaulle romaine que l’on retrouve des boulangeries et des meules de moulin sur de nombreux sites fouillés, notamment et récemment autour de Lyon ». Si on peut avoir des précisions…

La rubrique « Nouveaux livres » signale la parution du nouvel ouvrage d’André Beuchot : « Autrefois en Côte-d’Or », sur les industries disparues de ce département, dont les papeteries. Je conserve pieusement un des précédents ouvrages de cet auteur : « Curieux de Côte-d’Or », où j’ai trouvé de nombreuses références sur les moulins, et que j’ai évoqué jadis dans notre bulletin. Problème : il auto-édite ses livres, et dans « Curieux… » il a oublié d’écrire son adresse. Je tâcherai d’arriver à me procurer le nouvel opus afin d’y repérer tout ce qui concerne les moulins, en particulier ceux à papier.

Livres

« Meules & Gastronomie »de Jean-Pierre H. Azéma, éditions Ibis Press. Ouvrage fondamental dont la parution en 2007 est hélas passée inaperçu (ce qui est d’autant plus surprenant pour nous qu’il a été imprimé par Laballery à Clamecy). Le grand historien Jean-Pierre Azéma passe en revue l’emploi des meules pour fabriquer la farine, bien sûr, mais aussi le chocolat, la moutarde, etc… C’es très instructif. Que de trouvailles et de documentation historique ! A chaque fois il soutient que la qualité gustative et nutritive est meilleure avec des meules par rapport aux cylindres.

Brochure

Les Archives Départementales diffusent une jolie brochure, gratuite : « Les moulins-bateaux du Doubs, une longue histoire ». Il convient de préciser que si le Doubs irrigue essentiellement la Franche-Comté, il termine sa course en rejoignant la Saône à Verdun sur le Doubs, ce village étant en Saône-et-Loire. On note de très beaux documents sur les moulins-bateaux, dont la reproduction d’une belle peinture montrant ceux qui existèrent à Chalon-sur-Saône.

Ils nous intéressent d’autant plus que nous n’avons aucune image des moulins-bateaux qu’a connus la Nièvre. Ceux sur lesquels nous avons un peu de documentation stationnèrent à La Charité sur Loire, l’un d’eux étant ensuite transféré à Pouilly, cela au XVIIIe siècle. Auparavant ont existé des moulins-bateaux à Decize, et sur l’Allier tout près de St-Pierre le Moûtier à Livry.

La fameuse Encyclopédie de Diderot et d’Alembert propose des plans de moulins-bateaux, de même qu’Henriette Dussourd dans son grand livre « Les Hommes de la Loire ». 

Télévision

Sur Arte, dans le cadre d’Invitation aux Voyages, le 31 août 2020, documentaire sur le mezcal, cet alcool du Mexique (à l’origine c’était le pulké, un alcool des Zapotèques, une civilisation précolombienne ; les Espagnols ont eu l’idée de le distiller nommé le mezcal). Ce breuvage est issu de l’agave, une plante mexicaine, qui devient grosse et lourde ; on la brûle, puis on la passe au moulin. En général, le mezcal est fabriqué par de modestes exploitants, lesquels utilisent un moulin à manège mû par un cheval. Le documentaire propose une très belle roue roulant de champ (verticalement, donc), d’environ 1,20 m de diamètre. Une fois la matière pulvérisée au moulin, on la distille.

Nouvelles meunières N° 20

Non classé
Association des Moulins du Morvan et de la Nièvre AMMN

Skip to content–>NOUVELLES MEUNIÈRES N°20

par Philippe Landry

Journées des moulins et du patrimoine rural

Le Journal du Centre du 18 juin a très bien annoncé notre programme, sur toute une page, avec photo du moulin de l’Ile de Donzy plein centre. Le vendredi 21, un article de la page Morvan souligne que pour la première fois notre ami Christian Roquelle ouvre le moulin des Michots, à St-Léger de Fougeret, que possédèrent et tinrent longtemps son grand-père et son père. 

Le samedi 22, le Journal du Centre annonce l’ouverture du moulin de Charrières à Empury, par notre ami Bruno Hecquet (ce moulin appartint à l’abbaye de Pouques-Lormes). Il évoque le concert-lecture qui va avoir lieu au moulin de Suillyzeau (Suilly la Tour) par la comédienne Catherine Blanchard et les musiciens Isabelle Lenoir et Cathy Schaff, sous le titre « Les salons de M. Croche » (M. Croche : c’est ainsi que signait le grand compositeur Claude Debussy lorsqu’il publiait une critique musicale).

Le dimanche 23, Le Journal du Centre consacre 3 pages aux journées des Moulins et du Patrimoine Rural, en indiquant bien que nous en sommes les organisateurs. En page une figure une grande photo du moulin Blot à Bouhy. ; la page 2 lui est également consacrée, avec une photo des biscuits et du sachet de farine issus de ses meules. Page 3 sont notamment honorés l’écomusée du moulin de Maupertuis à Donzy, l’huilerie de Narcy, le moulin de Suillyzeau, et le triple site de Moulin-l’Evêque à St-Père.

Le Régional de Cosne et du Pays charitois du 19 juin a également très bien annoncé les Journées des Moulins et du patrimoine rural, avec en une la photo du moulin Janlard de Nannay, et l’intégrale de la page 3. Dans cette dernière, on remarque :

. L’annonce de l’inauguration de la roue du moulin du Poinçon, à Colméry, avec un petit interview de notre ami Pierre Poitreneau.

. L’annonce des particularités des activités à Moulin-l’Evêque, dont la présence de 4 artistes contemporains.

. La photo du moulin Blot de Bouhy.

. Petit interview de Francis.

. Sont mentionnés les ouvertures de deux moulins du Cher, le moulin de Pertrin à Vellegenon et l’huilerie de Pesselières à Jalognes.

Le mercredi 26, le Régional a avantageusement rendu compte des Journées des Moulins et du Patrimoine rural par un carré contenant 4 petits articles avec photo, dont 3 en l’honneur de nos adhérents :

– Les moulins de Moulin-l’Evêque à St-Père ;

– Le moulin Poinçon de Colméry avec, posant devant leur grande et belle roue en bois toute neuve nos amis Annick et Pierre Poitreneau ;

– Le moulin de la Cannerie à St-Vérain.

Le quatrième article évoque le moulin à huile de Narcy, dont la commune a organisé l’ouverture aux visiteurs.

Le Journal du Centre du 28 juin rend brièvement compte de la présence des 4 artistes contemporains pour animer le site de Moulin-l’Evêque.

Notre stand au moulin des Éventées

Au moulin des Eventées, le dimanche 23 juin, un dresseur de faucons a attiré beaucoup de public… Nettement plus que notre humble stand, où peu de curieux se sont arrêtés. J’ai cependant pu discuter avec le député de la Nièvre M. Perrot ; j’ai insisté sur l’absurdité de la loi sur l’eau et son désastreux effet quant aux réservoirs d’eau et aux zones humides dans le cadre de la « continuité écologique ». Il a semblé reconnaître le bien-fondé de mes critiques, mais sans plus. J’ai alors souligné que l’État était très orgueilleux : quand il fait une mauvaise loi, il peine à consentir à la modifier. Le député ne m’a pas contredit. Il m’a confié qu’un projet de loi sur les énergies renouvelables allait être débattu, mais que ses amis et lui n’avaient pas obtenu la moindre place pour l’hydroélectricité. 

Succès pour notre association

A Garchy, malgré les absurdes complications de l’administration dans le cadre de la continuité écologique, « Le plan d’eau devrait pouvoir être nettoyé », titre le Journal du Centre du 28 juin. Nous avons en effet beaucoup aidé l’association locale à convaincre les autorités de ne pas supprimer le joli plan d’eau au pied de l’église du village.

Inauguration

Nos amis Fabienne et Vincent Goueffon nous reçoivent pour l’inauguration de leurs gîtes du moulin de Poil le samedi 29 juin 2019 à 10 h 30. De nombreux habitants de Poil sont également présents, dont le maire, ainsi que M. Perrot, Député, Mme Guérin Maire de Luzy et Présidente de la Communauté de Communes, et M. Sylvain Mathieu, Président du Parc naturel régional du Morvan. Nos amis ont très bien tout organisé. Vincent expose le projet si brillamment mené à bien ; il remercie toutes les entreprises, locales, et leur personnel, qui ont très bien travaillé. Il remercie également les collectivités locales qui lui ont apporté un soutien financier. Les personnalités disent quelques mots pour féliciter Fabienne et Vincent. Sylvain Mathieu ne dit pas grand-chose du rôle du Parc ; depuis qu’ils sont soumis à l’autorité de l’Agence Française de la Biodiversité, que domine l’Onema (c’est fait pour), il est contraint de participer à la lutte contre les moulins dans le cadre de la continuité écologique. Nous avons visité les locaux : leur aménagement, du meilleur goût, est tout à fait réussi, en particulier pour l’accueil des handicapés. Les clients disposeront d’un salon où ils pourront admirer le curieux rouet de fosse ; en effet, la roue étant très haute (son diamètre devait dépasser les 8 mètres), son axe était très haut, plus haut que l’entrée de l’axe de l’ancienne roue, donc du rouet de fosse ; c’est pourquoi une roue dentée intermédiaire est nécessaire pour animer le rouet de fosse (voir photo).

Au demeurant, on note la qualité des piliers entourant le rouet de fosse, en fort bois, qui jadis soutinrent sans doute deux paires de meules. On remarque dans le jardin deux meules, en grès d’un beau gris foncé : Jean-Claude a mesuré, leur diamètre est d’1,50 m.

Nous avons eu l’occasion de discuter avec diverses personnes. Des habitants de Poil, qui ont connu le moulin en fonctionnement au temps de l’inénarrable père Laprée, son ultime meunier, ils nous ont dit que les derniers temps il n’utilisait plus la force hydraulique ; le moulin marchait à l’électricité, mais une dame nous a montré l’emplacement d’un moteur diesel depuis longtemps supprimé. La grande roue était en bois avec des montants en fer.

Dans le public, nous avons rencontré entre autres de lointaines cousines de notre ami Christian Roquelle, du moulin des Michots à St-Léger de Fougeret. En effet, ces dames descendent de Jules Roquelle, qui tint longtemps le « Moulin des Moulins » à Corancy. Jules était cousin de Paul Roquelle, père de Christian, et tous deux étaient cousins du Roquelle qui tenait le moulin et huilerie de Savault à Ouroux.

Les cousines m’ont confirmé ce dont j’avais ouï dire, à savoir que, lorsque l’eau est montée dans le tout neuf lac de Pannecière en 1949, Jules a refusé de quitter son moulin jusqu’au dernier moment. Autre précision : les travaux avaient commencé avant la guerre de 1940-45, mais à l’époque Jules a refusé l’indemnisation proposée, affirmant qu’il ne quitterait jamais son moulin ; cela lui a joué un tour parce que quand il a été contraint de partir face à la montée des eaux, il a reçu l’indemnisation prévue avant la guerre, laquelle s’avérait réduite à pas grand-chose du fait de l’inflation survenue depuis. 

Francis Lefebvre-Vary, Françoise Demarche, Annick et Yves Cocard et moi avons profité de notre passage dans ce sud Morvan pour jeter un œil sur quelques moulins du secteur. 

Nous avons été reçus au moulin de la Planche à Millay. Il a encore sa roue en fer, des meules, l’archure, la potence, la trémie, le rouet de fosse,  un régulateur à boules… et la digue de retenue du plan d’eau, malheureusement l’administration s’oppose à la réparation de la digue et à la remise en eau de celui-ci, pour des raisons qui nous paraissent relever d’une interprétation très subjective des lois et règlements.

Roue du moulin de la Planche à Millay
Meule et potence au moulin de la Planche à Millay
Rouet de fosse au moulin de la Planche à Millay
Machines à cylindres au moulin de la Planche à Millay
Régulateur à boules du moulin de la Planche à Millay

Le moulin du Bousset, à Chiddes, célèbre parce qu’il possède encore deux roues, héberge désormais un grand café ; malheureusement à l’heure où nous nous sommes présentés les exploitants étaient absents. Nous avons pu observer de l’extérieur le plan d’eau sur le Tillot, l’ensemble des bâtiments, à gauche l’ancienne huilerie avec sa paire de meules à huile dans le jardin, et à droite l’ancien moulin à blé. Les deux roues, métalliques, sont encore en bon état.

Moulin à 2 roues du Bousset
Meules ) huile

Le moulin de Mirloup, à Chiddes, en amont sur le Tillot, connu pour posséder encore sa roue. Ce fut pour nous une divine surprise ; nous avons fait la connaissance d’un jeune couple en train de le restaurer, Mme et M. Knafou. Ils font un très beau travail : en particulier le remise en état de toute la façade est remarquable, d’une belle couleur orangée ; M. Knafou nous a expliqué que l’enduit est à base de chaux et d’arène du secteur, d’où cette jolie couleur. La roue est plutôt en bon état, ainsi que quelques restes à l’intérieur. Le jeune couple, ravi de faire notre connaissance, a adhéré immédiatement à notre association. Il organise une fête le 25 août, pour inaugurer les installations remises en état. En cette occasion je compte faire de meilleures photos de l’intérieur, car il sera mieux éclairé. Nous préparons pour un futur bulletin l’histoire de ce moulin, où il s’est passé de drôles de choses à la veille de la révolution de 1789.


Lutte contre la continuité écologique

La revue de la FFAM « Moulins de France » publie un important article : « La politique de restauration de la continuité écologique par destruction des ouvrages est un échec ».

Par exemple on a investi des millions du côté de Vichy pour faciliter la remontée des saumons, dont on a lâché des milliers et des milliers d’alevins, pour des coût mirobolants, tout ça pour un résultat dérisoire : il ne repasse pas à Vichy 500 saumons par an !

En me promenant à Autun le 27 juillet 2019, j’ai vu quelque chose de bien amusant. Dans le cadre de la « restauration de la continuité écologique, un investissement de 1 million 362 000 euro pour casser un barrage certes inutile, et un peu arranger les berges : le prix de 20 turbines en métal à l’ancienne, ou d’une cinquantaine en plastique fort comme on en trouve maintenant, lesquelles auraient fourni de l’électricité à des dizaines de foyers !

Panneau annonçant les travaux

Le Canard Enchaîné du 24 juillet nous régale avec un bel exemple d’absurdité administrative, qui a mérité une réponse cinglante de quelques citoyens. Dans l’Ardèche, les villages de Joyeuse et de la Beaume profitent comme aire de baignade d’un vieil étang du XVIe siècle ; il subit un inconvénient , c’est qu’en amont est un réservoir retenant les boues de la station d’épuration locale, et il arrive que de gros orages le fasse déborder, moyennant quoi des boues arrivent à la baignade. Bon : les gens attendent que la nature renvoie tout ça, et on refait trempette. Seulement voilà : la Préfecture s’est avisée, au nom de la sacro-sainte continuité écologique, qu’il valait mieux faire pratiquer une brèche dans ce réservoir pour que les boues s’écoulent en permanence. L’article ne dit pas comment la Préfecture a pu ignorer à ce point ce qu’il allait advenir des boues désastreuses. Les villageois ne l’ont guère pris à la Beaume ni d’humeur Joyeuse : de nuit ils rebouchent la brèche. On réouvre et ils rebouchent, etc. Les gendarmes sont de plus en plus souvent sur place, et la tension monte. La suite au prochain numéro.


Actualités des énergies renouvelables

Généralités sur les énergies renouvelables

Loi vide

A partir du 25 juin, le parlement débat d’un projet où il est question des énergies renouvelables. Mais c’est « entre autres », et de toute façon dans un projet global. En tout état de cause, rien sur l’énergie hydraulique.

Taxes au profit des énergies renouvelables

Les opposants des énergies éolienne et hydraulique soutiennent volontiers que celles-ci sont « subventionnées » sous forme de retenues sur nos factures d’électricité. Pourtant favorable au nucléaire, l’Union confédérale des Retraités CGT publie dans son trimestriel d’information de l’été 2019 la liste des taxes à ce sujet :

. contribution au service public de l’électricité (CSPE) 0,0225 euro par Kwh.

. taxe sur la consommation finale d’électricité (TCFE) : 0,00075 e pour les particuliers

. contribution tarifaire d’acheminement (CTA) : 27,04 %.

. TVA : 5,5 % (en rappelant que cette TVA présente l’étrangeté de s’appliquer également sur les taxes susvisées).

Hydroélectricité – Fiches ADEME

Au cours de la fête de Sully, j’ai pu mettre la main sur de nouvelles fiches de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), comme celle que j’avais évoquée dans les Nouvelles Meunières, consacrée à la réinstallation de turbines au moulin de la Motte-Josserand, à Perroy, chez notre ami Daniel Amyot. Les nouvelles fiches décrivent deux restaurations dans l’Yonne :

– La centrale hydroélectrique de Brienon sur Armançon : « Optimisation de la production hydroélectrique avec amélioration de la continuité écologique » : investissement 1 052 500 euro, 3 turbines et une « vis hydrodynamique », capable de fournir du courant à 440 foyers.

– La centrale hydroélectrique de Hauterive : « Construction d’une centrale hydroélectrique sur site existant et amélioration de la continuité écologique » : pour 1 799 900 euro, 2 vis hydrodynamiques à la place d’anciennes turbines, capacité d’alimenter 335 foyers.

Une autre fiche concerne une unité de production d’électricité à Fraisans dans le Jura.

Éolien

Le projet de Bazolles prend corps. Le Journal du Centre du 19 juin annonce que la préfète de la Nièvre autorise la construction de 6 éoliennes par la firme Global Wind. Elles seront édifiées sur des espaces de culture, ce qui évitera de détruire des arbres. Des mesures sont prises pour protéger certaines espèces d’oiseaux. Il faut compter 2 ans pour que réellement les 6 éoliennes soient en état de tourner. Toutefois le Journal du Centre du 27 juillet annonce : « Les opposants aux éoliennes ne désarment pas », au contraire puisqu’ils déposent plainte en justice, notamment pour « mise en danger de la vie d’autrui ». On a l’impression que c’est parti pour aller loin…

Le projet de Donzy abandonné. M. Jacob, maire de Donzy indique que Nièvre Energie « étudie la faisabilité d’un projet d’implantation de parc photovoltaïque sur les surfaces utilisables des bâtiments publics». A propos, le Journal du Centre du 25 juillet annonce qu’à Donzy le chauffage solaire de la piscine est en service.

Le projet des Bertranges suscite de vives oppositions, comme le montre l’article du Journal du Centre du 28 juin relatif à « la réunion publique sur le plan climat air énergie territorial » qui s’est tenue à Raveau : « La température monte, le ton aussi », tel est le titre. « La réunion publique a été houleuse ». L’article décrit les interpellations plutôt véhémentes que les élus ont dû subir, et auxquelles ils n’ont pas moins vivement répondu.

Le projet d’Oisy 

Un premier coup, où ce projet est présenté comme réussi: le Journal du Centre du même 26 juin rend compte des actions de l’association Valorisation des Actions de Recherche nivernaises pour l’Environnement (Varne), en particulier le succès de son parc éolien à Oisy tout près de Clamecy. Très beau titre : « Trente ans d’engagement citoyen ». En fait les actions de la Varne touchent plusieurs secteurs de la protection de l’environnement (par exemple la lutte contre les décharges sauvages).

Mais le 16 juillet : grand titre en page une avec photo « Des Eoliennes en panne de rentabilité ». Page 3 : « Ombres sur le parc éolien d’Oisy-Clamecy ». La parole y est donnée à un expert-comptable à la retraite qui critique la comptabilité de l’entreprise, mais cela d’une manière confuse, et ma foi tellement chargée de haine qu’elle inspire de la méfiance. Deux articles en bas de la page indiquent quelque chose de plus important : le projet d’Oisy se voulait « citoyen », avec participation des collectivités locales et des habitants : visiblement la société propriétaire des éoliennes, qui est sise à Toulouse, ne semble pas encline à le mettre en action ; la maire d’Oisy se borne à reconnaître que les rentrées fiscales sont celles qui étaient attendues.

Énergie solaire

(Voir plus haut à propos de Donzy)

Un grand projet est à l’étude à Cosne : déployer une « ferme solaire » sur le petit aéroport de la ville. Le Régional lui consacre un assez grand article le 26 juin. Le Journal du Centre l’avait brièvement évoqué il y a quelques jours.

Le Journal du Centre du  20 juillet fait une excursion dans le Cher pour annoncer qu’à Torteron se prépare un projet de « centrale photovoltaïque », qui couvrirait 7 ha.

Journaux

Le journal du Centre

– 21 juin : un petit article rappelle le succès de la journée des jardins à  Forgeneuve, commune de Coulanges ; la photo montre entre autres notre ami Jean-Luc Martinat.

– 22 et 26 juin : A La Chapelle St-André a eu lieu une commémoration de l’appel du 18 juin 1940 par le général de Gaulle, avec hommage à la Résistance, notamment sur le site de l’ancien moulin de la Chappe. Les 4 et 5 juillet 1944, 25 maquisards du groupe Péguy furent encerclés par les Allemands, qui mirent le feu au moulin. Les survivants capturés furent quelques jours après massacrés à Cosne.

26 juin :  il est annoncé qu’un « accord » est conclu entre l’Assemblée Nationale et le Sénat pour la création proposée par le ministère chargé de l’Environnement d’un « Office français de la biodiversité » : cette création obéit soit disant à une nécessité absolue autant qu’urgente, cet organisme va chapeauter l’Agence française de la biodiversité, sa mission est de mutualiser ses moyens avec ceux de l’Office National de la Chasse dans la lutte contre les atteintes à l’environnement, nous verrons son efficacité. 

28 juin : « Clap de fin pour le tournage de Belvaux » ; l’article évoque un film, avec Gérard Depardieu lui-même, qui vient d’être tourné dans le Morvan, le point central étant le moulin de Saloué à Dun les Places, que maintiennent en bon état nos amis Jouanin.

13 juillet : article « publirédactionnel » en l’honneur de nos amis Christine Artier et Alain Blanchet qui proposent un gîte rural tout rénové en leur moulin des Morvands, à Fâchin. Rappelons qu’il se situe au pied d’Arleuf, tout au début de l’Yonne… et près du fameux étang du Châtelet (dont il n’utilise pas l’eau). 

16 juillet 2019 : dans la page « Estivités », liste des manifestations diverses de l’été de la semaine, annonce d’une « visite guidée » à l’huilerie du Moulin de l’Ile, avec une grande photo où on voit l’adjoint de notre ami Coudray placer la pâte sous une presse.

Le Monde, 7 et 8 juillet : deux articles nous intéressent :

. En principe, le ministère chargé de l’environnement est soucieux des zones humides, lesquelles sont protégées par une loi. Un article du Monde révèle que dans 48 départements les nouvelles cartes IGN montrent qu’un grand nombre ont disparu : D’ailleurs : « Les zones où il est interdit d’épandre des pesticides ont régressé ». 

. On continue dans le sud de la France de produire des olives, donc de l’huile d’olive, mais ce n’est pas énorme par rapport à la production mondiale : 5 900 tonnes sur 3,13 millions. Les producteurs industriels d’huile d’olive de France importent d’ailleurs de la matière première de Grèce, Espagne ou Italie pour réaliser des mélanges. Toutefois, la maison Puget fait un effort particulier : elle propose un bidon d’huile marqué « Les moulins français » ; le cahier de charges l’oblige à y insérer de l’huile provenant d’au moins 5 moulins de France.

17 juillet : « Donzy. Depuis quelques jours, les employées du moulin de Maupertuisrenseignent aussi les vacanciers ». Les locaux de nos amis de l’écomusée servent désormais d’office de tourisme à la ville et aux communes qui lui sont alliées. Pratiquement toute une page du Journal du Centre est consacrée à l’évènement. Georges Narcy rappelle qu’environ 2 200 personnes venaient chaque année au moulin. Un réaménagement de l’espace a été réalisé. Les deux guides de l’écomusée ont reçu une formation pour être capables de renseigner sur toutes les communes concernées.

2 août, trois articles :

. Commémoration de la bataille du maquis Chaumard le 31 juillet 1944, où ont péri 22 résistants : l’un de leurs dirigeants, Alexandre Octave, s’en réchappa par miracle. Fils du meunier du moulin du Couloir à Dommartin, il allait par la suite le tenir quelques décennies.

. A Urzy, l’association des « 3 Hop » procède au nettoyage du bief et des empellements du moulin du Greux. On remarque une photo du moulin.

. A St-Parize en Viry, « concours de pêche à la truite au bief du moulin de Montempuis ». 

Revues

. Commentaires sur la « Note technique » du ministère chargé de l’environnement à propos de la continuité écologique. Il y a du mieux, mais ce me semble l’équivoque demeure, c’est le moins qu’on puisse dire.

. Analyse de l’affaire du moulin du Bœuf en Côte-d’Or : les forcenés de la continuité écologique voulaient l’empêcher de réutiliser l’eau pour produire de l’électricité, le Conseil d’État leur donne tort.

. Article très sympathique sur un jeune homme qui est devenu ébéniste pour le plaisir de construire des maquettes de moulin à vent. Pour ce faire il a suivi tout le cursus des compagnons du Devoir, et son « chef-d’œuvre » de fin d’études est un très beau petit moulin à vent sur pivot. Actuellement il travaille à reconstruire un moulin sur roue analogue à celui du Mont-Avril en Saône-et-Loire, dont nous avons livré une carte postale dans notre numéro spécial sur les moulins à vent de Bourgogne.

. A propos des moulins à vent : examen scientifique de leur « puissance ».

. Ce numéro contient mon article 

« Neuf fois centenaire

L’abbaye de Fontenay

fut un moulin à papier ».

J’y reprends ce que j’ai exposé dans notre bulletin à propos de cette abbaye de Côte-d’Or, avec plusieurs illustrations que j’ai fournies.

Vents du Morvan – été 2019

Dans les Nouvelles meunières précédentes, alors que je venais de recevoir le numéro de Vents du Morvan, j’ai immédiatement étudié l’article sur les moulins du Ternin. Je voudrais ajouter que la revue contient un grand article sur le château de Chissey, adjacent au moulin, et dont notre ami Jacques Desmarquest travaille à la restauration depuis 16 ans. Ce qu’il y fait est tout à fait remarquable.

Le Monde des Moulins – Juillet 2019

Plusieurs articles intéressants dont :

« Chris Gibbings, un molinologue à qui nous devons  beaucoup » : y compris notre association Moulins du Morvan et de la Nièvre. A nos débuts, ce Britannique visitant les moulins dans le monde entier, avec une préférence pour la France, nous a donné beaucoup d’informations. Par exemple nous lui devons les dessins du « moulin pendant » d’Andé, sur la Seine en Normandie. Nous avons eu longtemps avec lui des échanges de courrier. Retraité, il continuait de visiter des moulins partout, toujours en expert particulièrement avisé. Il vient de s’éteindre en février 2019. (Le moulin pendant : sa roue pendait sous un pont entre deux arches, elle montait ou descendait pour être à la bonne hauteur par rapport au courant de la rivière, cela grâce à des vérins.)

Penn du moulin d’Andé

. « Une curiosité qui a traversé les siècles : le moulin-bateau », article par Gérard Mignot, l’historien de l’association des Moulins de Saône-et-Loire, avec qui nous ne manquons pas de discuter à chaque rencontre avec elle.

. Un article de trois auteurs dont le fameux historien des moulins du Nord de la France Jean Bruggeman sur le fait qu’on équipe les moulins à vent d’un moteur annexe ; il l’admet s’il s’agit de faire tourner la meule, mais il trouve hérétique et même dangereux si le moteur fait tourner les ailes.

. Deux moulins retenus par Stéphan Bern pour recevoir des aides financées par son « loto du patrimoine » : à Bar sur Seine dans l’Aube et le moulin du Boël en Ile et Vilaine. 5 autres moulins sont secourus par la Fondation du Patrimoine

Blanc Cassis – 1er trimestre 2019

La revue des généalogistes nivernais contient deux articles intéressants pour nous :

– Dans le cadre d’une étude sur plusieurs Nivernais tombés lors de la guerre 1914-18, une notice sur Pierre Auguste Bernard nous apprend qu’il était meunier de Giry ; sa mère était déjà veuve ; issu de 4 générations de meuniers du moulin de Giry, Pierre Auguste avait notamment eu un grand-père qui l’avait tenu très longtemps à partir du « début du XIXe siècle ».

– Un long extrait du journal d’Henri Bachelin, le fameux écrivain né à Lormes et ami de Jules Renard (c’est lui qui  convainquit la veuve de ce dernier de publier son Journal) indique ceci : la maraine de sa mère était fille d’un meunier de La Tour de Pré, près de Provency dans l’Yonne.

Arnilien (bulletin trimestriel de l’Association des Randonneurs nivernais, ARNI), juillet 2019 : le bulletin raconte les randonnées collectives organisées par cette association le trimestre précédent. Le récit de celle de Cessy les Bois évoque les moulins et les forges ; c’est que j’y ai participé, et j’ai donné les tuyaux à la dame qui avait dessiné le circuit. En particulier, nous sommes passés à Cessy au-dessus de 3 de ses anciens moulins, et nous avons pu observer l’emplacement où fut le moulin à vent de St-Malo en Donzyois.

Pays de Bourgogne n°257 – juillet-août 2019

Ce numéro signale la parution de notre bulletin 86, en détaillant son sommaire.

En outre, il annonce que le numéro 160 de la revue « Nos ancêtres et nous » contient un article sur « les moulins de la petite Grosne et de ses affluents »  (c’est la rivière rejoignant la Saône à Mâcon). Un petit article indique une curiosité à propos des « Oratoires dans l’Yonne » : la Tour de Saussy a été construite pour faire monter de l’eau grâce à une étrange éolienne : une Association pour la  Sauvegarde et l’Aménagement de la Tour de Saussy entreprend de la restaurer (site internet : asats.e-monsite.com.

Livres

Nous aurons eu la main heureuse dans les brocantes en juin 2019 :

– Vera nous a trouvé « Le maître du moulin blanc », de Mathilde Alanic, un roman publié par Flammarion en 1950. Certains passages sont intéressants, avec description par exemple du travail dans une minoterie. Bonnes illustrations également : c’est ainsi qu’en couverture est un dessin de moulin avec sa grande roue ; on reconnaît une imitation du fameux moulin d’Angibault, dans l’Indre, qui a inspiré à Georges Sand son fameux roman « Le meunier d’Angibault ».

– Autre roman repêché : « Le Moulin des Sources », de Françoise Bourdon, à ne pas confondre avec Françoise Bourdin. Donc cet ouvrage est paru chez Calmann-Lévy en septembre 2010. Il évoque plaisamment les moulins à papier de la Sorgue dans le Vaucluse. Très belle couverture avec un beau moulin à tuiles provençales et pierres apparentes endormi près de son seuil à la vive cascade.

– « La Belle meunière », de Pagnol (Presse Pocket, 1981) : il s’agit du texte qui a servi de canevas à son film, où il met en scène Franz Schubert à propos du recueil de poèmes que celui-ci a mis en musique sous le titre « La Belle Meunière ». J’en parlais dans les Nouvelles meunières précédentes, rappelant que c’est Tino Rossi qui avait tenu le rôle du compositeur, et entonné le fameux air « Voyager est la joie du meunier ». On dit que le film n’a pas marché : je comprends pourquoi à la lecture du livre ; passons sur le fait que le canevas n’a guère à voir avec « l’histoire » que par leur succession le recueil des poèmes choisis par Schubert raconte ; c’est plutôt la médiocre qualité de l’intrigue et des dialogues qui est en cause.

– «Le meunier et son moulin à vent », d’Achille Latour, dans la collection « Métiers, techniques et artisans », éditions Créer, 1982. Un cahier très bien illustré sur le travail dans les moulins à vent du nord de la France ; je recommande le plan en coupe du moulin à vent, qui est sur pivot. A cet égard, on voit bien comment se dispose l’ensemble de madriers qui, en se rejoignant, arrivent à supporter tout le poids du corps du moulin qu’on fait tourner pour le mettre face au vent.  En outre, on remarque, disposées très haut, et au même niveau, les deux paires de meules ; chacune est mue grâce à un grand rouet qui fait tourner une lanterne ; autrement dit le grand axe portant les ailes porte aussi 2 grands rouets !

– « Pompéi, de nos jours et voici 2000 ans ». Un très beau livre de l’éditeur italien Bonechi sis à Florence, sorti en 1991. Il propose des reconstitutions dessinées, dont une remarquable concerne la boulangerie. En effet, dans l’empire romain, le boulanger, en tout cas de ville, était son propre meunier : page 64 l’ouvrage montre un bœuf et ses esclaves s’affairant autour des fameuses meules en forme de sablier, dont j’ai proposé il y a peu une carte postale. La meule supérieure, dite catillus, que faisait tourner un bœuf ou un duo d’esclaves, était très lourde, et le travail particulièrement pénible. Un des intérêts du dessin est de montrer deux esclaves déplaçant un catillus, ce qui permet de montrer la meule inférieure, la meta, en forme de cône pointu.

Télévision

Arte dimanche 30 juin, émission « Le rond-point, un art passager » : à propos de la décoration des ronds-points, aux Canaries, plus précisément à l’île de Lazarote, le sculpteur Cesar Manrique a réalisé plusieurs sculptures pour peupler les ronds-points en s’inspirant des moulins à vent ; l’île en conserve soigneusement un magnifique. Manrique a beaucoup travaillé sur les mobiles dont le mouvement est dû au vent ; le plus étonnant est un mobile dont le vent fait bouger les éléments en sens contraire entre eux.

La 5, dimanche 30 juin, émission « Les Cent lieux qu’il faut voir », la Savoie : près d’Aix les Bains, un moulin à huile (noix et noisettes) mû par une grande roue dont le diamètre atteint 6 m ; restauré et relancé par un ancien boulanger, ce moulin arrive à travailler toute l’année.

Sur la même chaîne, dimanche 7 juillet, même émission, s’arrêtant cette fois en Berry : reportage sur l’huilerie de Dun sur Auron, dont l’intérieur ressemble fort à celui de nos amis de Donzy. L’origine de la force motrice n’est pas précisé.

Idem le dimanche 14 juillet :

Une heure consacrée au Puy de Dôme, avec très bon reportage sur le moulin à papier Richard de Bas, près d’Ambert, dans le Livradois. Ce moulin à papier remonte au XIVe siècle. Il a été relancé peu après 1945 pour devenir ce moulin-musée qui reçoit beaucoup de visiteurs une bonne partie de l’année. On a pu admirer sa roue en bois, son long arbre portant des cames, les lourds marteaux que ces cames font tomber et retomber sur la pâte à papier, les « formes » où on constitue la feuille de papier, et le grand espace de séchage. Mon seul regret est que l’exploitant du musée n’a pas précisé à quel moment il fait ajouter un peu de colle à la pâte à papier, si c’est avant avant le passage à la forme, ou si c’est après. J’ai de très bons souvenirs de ma visite en ce haut lieu des moulins, entre autres parce que toute la vallée dite du Grandrif a connu un grand nombre de moulins, essentiellement à papier, dont plusieurs demeuraient avec une ou deux roues à l’époque de ma visite.

Heure suivante consacrée aux Côtes d’Armor, dont un moulin à marée, dit « moulin du Prat ». Le propriétaire, qui maintient le système en bon état, expose que la marée montante apporte l’eau au-delà d’une digue, puis à la descendante il suffit de lever une pelle, et l’eau fait tourner la roue. Celle-ci est en bois. Cet excellent témoin dit que la France a disposé de 140 moulins à marée, dont 100 en Bretagne, dont 15 mus par la seule Rance tellement la marée remonte loin à l’intérieur des terres. Rappelons que naguère Jean-Claude Néant nous ramena pour notre bulletin un reportage sur les moulins à marée en Bretagne.

Questions diverses

Dans la série « Il suffit de publier quelque chose et on trouve du nouveau sur le même sujet », à propos du moulin de Cougny à St-Pierre le Moûtier, évoqué dans notre numéro spécial sur cette commune, le dossier S4169 des Archives Départementales, que je viens de consulter (rien ne m’indiquait qu’il y aurait quelque chose sur ce moulin) nous livre le nom de son meunier à l’époque révolutionnaire : René Goulet. Il est critiqué par les propriétaires de 2 moulins en aval sur la Colâtre, dont le ruisseau de Cougny est un affluent, parce que paraît-il il gaspille l’eau pour irriguer ses prés. 

Au moulin de Sully

Plusieurs membres de « Moulins du Morvan et de la Nièvre » ont participé à la fête organisée par nos amis de Saône-et-Loire au château de Sully, à 20 km d’Autun en direction de Beaune, ces 27 et 28 juillet 2019, pour fêter les 20 ans de leur association. Outre des « ateliers », des conférences ont permis d’avancer sur plusieurs sujets, en particulier pour tout ce qui concerne la « continuité écologique », successivement par Charles Champetier, M. Marié de la Fédération des Etangs de France, et l’historien Jean-Pierre Azéma. Pour sa part, Gérard Mignot, historien des moulins de Saône-et-Loire, a proposé deux causeries, l’une sur les « moulins à sang » (mus par la force d’un animal ou de plusieurs, ou hélas d’un ou de plusieurs hommes), l’autre sur les moulins à vent. J’ai pu tenir également une causerie sur les moulins à huile de Bourgogne. A chaque fois il y a eu une assistance attentive, parfois dépassant la vingtaine de personnes.

Accessoirement, il y avait diverses animations, et par exemple ont été organisées des visites du château de Sully, un grand édifice très symétrique, avec ses douves, et au milieu d’un grand parc.

Le château de Sully, qui appartient à Mme de Magenta, dont le mari descendait du maréchal Mac Mahon, duc de Magenta, possède encore beaucoup de biens dans les alentours, dont le moulin. Il est à 700 mètres du château. Il a travaillé jusque dans les années 1980. Il est en cours de restauration par nos amis de l’association des amis des moulins de Saône-et-Loire, comme l’a salué un article du Journal de la Saône-et-Loire du samedi 27 juillet 2019.

Le moulin bénéficie d’un bief de la rivière la Drée, un assez important affluent de l’Arroux qu’il rejoint en amont d’Autun. Il nous apparaît comme un bâtiment tout en long, mais la partie moulin proprement dite est vraiment réduite, tout au fond sur ma photo. Une turbine demeure, en état de marche ; le bief forme ici un petit réservoir, bien moins grand qu’autrefois. En effet, une carte postale que je n’ai pu valablement reproduire, montre que l’ancien bief arrivait plus largement face au bâtiment ; une petite ouverture à quelques mètres des vannes de la turbine suggère qu’ici il y a eu d’autres vannes pour alimenter une roue sous le grand bâtiment, s’ajoutant à celle dont la turbine occupe l’emplacement (sans compter qu’il y a pu y avoir une roue sur le pignon à l’extrémité du bâtiment).

Les chevaux et la calèche étaient les héros de la fête des 27 et 28 juillet: mais ils suggèrent comment devait être la vie au moulin avant l’arrivée du camion et de la voiture.

Jouxtant les vannes de la turbine, à crémaillère en fonte, on note une jolie meule à huile dont le diamètre du rebord est de 0,70 m.

Meule à huile

Au sol sont deux anciennes meules composées, de 1,30 m de diamètre.

La salle d’entrée contient ce qui reste de l’ancien grand rouet, avec le support des meules (malheureusement ma photo n’est pas excellente).

Paire de meules avec la potence

Dans la salle au-dessus sont les deux paires de meules, avec la potence, ainsi que plusieurs machines à cylindres et un autre appareil. Dans la pièce à côté de cette salle on remarque un trieur à grain.

Tout en haut sont notamment plusieurs blutoirs.

Dans une pièce sont affichés quelques documents, dont la carte postale difficile à photographier, et un portrait du dernier meunier, M. Barnet. Par contre j’ai réussi à photographier le sac à son nom.

Sac au nom d’Antoine Barnet

NB : lors de ma causerie sur les moulins à huile de Bourgogne, j’ai évoqué ce qui fut une grande huilerie de la Saône-et-Loire, la maison Mamessier de Montceau-les-Mines, qui avait une annexe en gare de Chalon-sur-Saône ; à l’été 1944, l’explosion d’un wagon de munition provoqua la destruction de cette annexe. Quelques personnes m’ont parlé de cette dynastie Mamessier, dont un descendant demeure en vie ; comme j’ai proposé une photo des meules à huile près du château de La Clayette, une dame m’a dit qu’elle avait connu leur dernier huilier, lequel se nommait également Mamessier.

Meules du moulin de La Clayette

Accessoirement, nous avons vendu 5 exemplaires de notre bulletin numéro spécial de 2003 consacré aux moulins à huile de Bourgogne.
Éditer « Nouvelles meunières N°20 »

Rechercher

Articles récents

Archives

Catégories

© 2019 Association des Moulins du Morvan et de la Nièvre AMMN  | Conception et réalisation SolidarprintAller à la barre d’outils

Se déconnecter

Les moulins dans la Nièvre liste dressée dans les années 1870

Non classé

Alligny en Morvan

Cortet

Annay

Moulin d’Annay

Galand

Anthien

La Claye

Arleuf

Le Chatz

Armes

Armes

Arquian

Les Loges

Arquian

Asnois

Asnois

Asnan

Le Crest ou Le Creux

Azy le Vif

Neuilly

Balleray

Le Petit Champaudon

Champaudon

Béard

Apilly

Beaumont la Ferrière

La Carrière

Beuvron 

Génin

Villiers

Biches

Cray

Moulon

Brèves

Brèves

Sardy 

Brinay

Briennes

Bulcy

Moulin de Bulcy

Foulon

La Celle sur Nièvre

La Celle

Cercy la Tour

Beauregard

Chevillon

Codde

Cervon

Marcilly

Précy

Vellerot

Cessy les Bois

Cessy les Bois

Le Petit Moulin

Retonne du Ballanger

Le Bourguignon

Chalaux

Les Goths

Champlemy

L’Etang du Bois

Chantenay

M de la Ferté

La Chapelle St-André

Corbelin

Croisy

Demeulaine

La Charité

La Charité

Chasnay

Ménard

Château-Chinon-campagne

Blondelot

Vermenoux

Yonne Inférieure

Yonne Supérieure

Châteauneuf Val de Bargis

Les Chaumes

Châtillon en Bazois

Moulin de Châtillon

Moulin Neuf sur l’Aron

Chaumard

Pelux

Chaumot

Eugny

Chevannes-Changy

Cassiat

Le Foulon

Chevenon

Les Noues

Puol

Chitry les Mines

Chitry

Combres

Marcy

Clamecy

Beaugy

Moulin du Beuvron

Marchebault

Pressure

Moulins de la Ville

Colméry

Pinon

Corancy

Corancy

Les Moulins

Corbigny

Les Etangs

Cosne

Alibert

Le Beauvoir

Girard

Le Grand-St-Martin

Pierre

Pilavoine

Les Religieuses

Cossaye

La Motte

Le Pont

Varennes

Coulanges

Meulot

Moulin Guérin

Péreuse

Les Saules

La Villette

Couloutre

Minard

Courcelles

Bazarne

Crux la Ville

Le Vandas

Dampierre sous Bouhy

Bléneau

Dampierre

Les Loges de Dampierre

Dienne-Aubigny

Le Peyrat

Dompierre sur Nièvre

Dompierre

Vilaine

Donzy : 

la Bertine

Blanc-Gâteau

Les Cabets

le Commandeur

Maupertuis

Le Point du Jour

M de l’Etang Robière

La Tréfilerie

Dornecy

Moulin du Haut

Lichères

Entrains sur Nohain

Le Battoir

Leblanc

Epiry

Bellevault

Grands Moulins

Michelot

Renard

La Fermeté

Pont d’Azy

Fertrève 

Le Gué

Fours

Le Battant

Chaussin

Garchizy

M Riot

Germigny

Germigny

Gouloux

Ganay

Gadrey

Laboureau

Isenay

Mazille

Isenay

Langeron

Dhéré

Les Chaumettes

Limanton 

Le Magny

Lucenay les Aix

Aglan

Ardan

Moineau

La Serrée

Lurcy le Bourg

Lavoir à Mine

La Renardière

Vilaine

Luthenay Uxeloup

Le Lac

Luzy 

Luzy

Magny-Cours

Les Granges

Moulin du Pois des Ouelles

La Maison Dieu

Forbet

Marigny sur Yonne

Marigny

Mars sur Allier

Bannerron

Mars

Ménestreau

Germenton

Nérondes

Mesves sur Loire

Grand Moulin de Mesves

Mesves

Metz le Comte

Coignot

Les Trois Quartes

Mhère

Chassy

Vauprange

Millay

Anguy

Montapas

Espeuilles

Montapas

Montceau le Comte

Monceau

Montigny sur Canne

Challuy

Montreuillon

Montreuillon

Montsauche

Détrapis

Monthélème

Moulins-Engilbert

Bardot

La Promenade

Chantour

Chevillon

Myennes

Myennes

Nannay

Jean-Lard

Nannay

Narcy

Le Foulon

Magnard

Maurepoux

Morogues

Moulin Brûlé

Narcy

Pontcharreau

Neuffontaines

Neuffontaines

Le Sault

Neuville

Mazot

Neuville

Neuville les Brinon

?

Nevers

Chapitre

Crest

Martelot

Ninchat

Pilavoine

Pont-Cizeau

Porte du Croux

Nolay

Billour

Septier de Rigny

Nuars

Bouchet

Nuars

Oisy

Foulon de Sembrèves

Lécole

Savard

Sembrèves

Ouagne

Changy-Moreau

Ouroux

Boutou

Chicot

Moussé

Pazy

La Chaize

Perroy

La Motte

Les Paillards

Planchez

Le Gué de Migny

Poil

Poil

Poiseux

La Belouze

Bocard des Martinets

Mauvron

Prémery

Les Chailloux

Les Chaumes

Fourneau

La Moquerie

Rix

Rix

Rouy

Abrigny

Ruages

Le Mont

St-Agnan

Le moulin Neuf

Les Pierres

Robé

St-Agnan

St-Amand en Puisaye

M Brûlé

Cornet

Le Doitier

Devataire Rosé

Porcher

St-Amand

St-Aubin les Forges

Chamilly

Gresset

Le Gué de la Chaize

Vingeux

St-Benin d’Azy

M des Deux Villes

St-Benin des Bois

M du Crot

Moulin Neuf

St-Eloi

Penauilles

St-Germain des Bois

Merle

Paget

St-Germain-Chassenay 

Guenabre

St-Gratien Savigny

Challuy

St-Martin d’Heuille :

Les 4 Pavillons

Le Gué d’Heuillon

St-Martin sur Nohain

Paillat

Mouguet

La Rousse

St-Maurice

Le Jonceau

St-Maurice

St-Parize le Châtel

Roussy

St-Père

Chotard

moulin de l’Evêque

Petit Moulin

St-Quentin

St-Quentin

St-Saulge

L’Etang-Neuf

Goulnot

St-Vérain

Les Granges

Sardy les Epiry

Tavenay

Sauvigny les Bois :

Chollet

Dexey

M du Thiot

Sauvigny : barré

Saxy-Bourdon

Pontillard

Sichamps

Paguet

La Forge de Sichamps

Sichamps

Suilly la Tour

Rochenon

Suilly

Suillyzeau

Les Vergers

Surgy

Charpin

La Forge

Les Moines

Tannay

Vesvres

Teigny

Les Faulots

Teigny

Tintury

Le Chazau

Toury sur Jour

Vauvreilles

Toury-Lurcy

Lurcy

Toury

Tresnay

Cacherat

M des Chatillons

Tresnay

Urzy

La Fosse

Le Greux

Urzy

Vandenesse

Nourry

Le Quart

Varennes lès Narcy

Moulin Neuf

Varzy

La Grille

Verneuil

Faye

Mouillé

Verneuil

Vielmanay

Les Hottes

Vignol

Raveton

Ville les Anlezy

Thianges

Lire la suite

Liste de moulins de la Saône-et-Loire an II et 1809 (Sélection)

Actualités historiques Non classé

par Philippe Landry

Notre ami Jean-Claude Néant vient d’offrir à notre association un gros livre publié par le Centre historique des Archives nationales en 1998 : 

« Energie et subsistances.

 Enquête sur les moulins à blé. An II-1809. 

Inventaire des articles F20 290 à 296 et F10 226 et 310 »

Entre 1791 et 1809, à plusieurs reprises, le gouvernement a consulté les administrations locales pour savoir de combien de moulins à blé (et uniquement eux) chaque département disposait. Ce livre regroupe les réponses de chaque commune, toutes étant classées par ordre alphabétique. 

Les réponses étaient généralement assez peu fidèles, mais par rapport aux autres départements de Bourgogne la Saône-et-Loire a plutôt bien répondu que pour l’an II (1794) et 1809. Voici donc pour ces années-là une sélection de communes de la Saône-et-Loire recensées dans cet ouvrage (je n’en livre en effet ici qu’une partie), avec pour  chacune le nombre de moulins indiqué.

Les rares citées pour l’an II sont recensées par le dossier F 20-293 des Archives Nationales.

Celles de 1809 par le dossier F20 – 296. x

Ces deux dossiers sont consultables aux Archives Nationales, peut-être accessibles par internet. Pour consulter sur place, il est prudent de prendre rendez-vous.

Vu l’incertitude des réponses des administrations locales, lorsque l’ouvrage indique un seul moulin en 1809 et aucun en l’an II, se méfier : d’autres moulins peuvent exister et fonctionner, sans être recensés. C’est net pour plusieurs communes dont on sait qu’en 1809 elles avaient plusieurs moulins à eau à blé.


Lire la suite

Les Moulins de Lormes

Non classé

A l’occasion du 30ème anniversaire de l’Association qui se déroulera à Lormes le 5 octobre 2019 voici un numéro spécial sur les moulins de Lormes :

Géographie

Carte de Lormes est

page1image42173872

La situation des moulins de Lormes est assez curieuse. La commune étant en haute altitude pour le Morvan, c’est au départ un simple ruisseau qui a assuré leur alimentation en eau. Sur la carte ci-dessous, on le voit partir de droite, complètement à l’est, au-dessus de Sonne. Ce ruisseau emplit l’étang du moulin du Bois (d’où son nom), puis alimente le « foulon » souvent appelé « de l’Etang du Bois ». Ensuite ce ruisseau aboutit à l’étang du Goulot.

Ce très bel étang, célèbre aujourd’hui pour son camping et son ancienne gare du tacot, alimenta ce qui fut à une époque lointaine « le moulin de la Ville », lequel était, selon Billaut, historien de Lormes, sis tout de suite après sa digue. On ne sait pourquoi disparut ce moulin. La deuxième carte met en valeur que deux cours d’eau sortent de l’étang du Goulot :

* L’un continuant sa course plein nord en direction de la ville, allant à un groupe de moulins, le quartier dit de la « rue des moulins », situé à un bon kilomètre de l’étang (souvent ciblé par les éditeurs de cartes postales, voir page 4). Cette rue des moulins est en fait le début des « gorges de Narveau ». Tout au fond à l’issue de ces gorges, débouchant comme dans une sorte depetite plaine, le ruisseau va alimenter le « moulin de la Vallée ».

* L’autre, dit du Bois des Tours, filant sud-ouest, vers un groupe de maisons dit Le Moulinot ; le nom indique qu’il y a dû y avoir ici un petit moulin, sans doute avant 1754 puisqu’il n’est pas sur la carte Cassini. Le nom Le Moulinot figure sur le plan cadastral de 1837 sans indication qu’il y ait alors ni qu’il y ait eu récemment un moulin. Sur place on voit bien l’emplacement de ce qui peut avoir été « le moulinot ». Les deux ruisseaux se réunissent peu après, pour former l’Auxois, qui rejoindra l’Yonne au nord de Corbigny.

Carte de Lormes ouest

page1image42173664

Lormes compta un autre moulin, nettement au nord de la ville, en direction de St- André en Morvand : un des deux qu’alimenta l’étang de Charrière, lequel nait de la rencontre entre deux ruisseaux, puis donne naissance à la Brinjame, affluent de la Cure ; le moulin de Lormes est celui situé rive gauche sous l’étang, le moulin rive droite étant sur la commune d’Empury.

Quelques particularités historiques des moulins de Lormes :

* Billaud écrit qu’en 1177 la maladrerie

fondée par Hugues II de Lormes au nord de la ville fut dotée d’une rente perpétuelle sur « les moulins banaux de la ville ». Cette maladrerie secourait les victimes de diverses maladies comme la lèpre. Lorsqu’elle ferma, l’hôpital de Lormes hérita ces droits. A la Révolution de 1789, ces droits, d’un montant de 144 F, subsistèrent, et en 1834 l’hôpital percevait encore la même somme sur les « anciens moulins banaux de la ville ». Nous n’avons pu établir à quelle date ils cessèrent de lui devoir une redevance.

A partir de 1355, écrit Martine Régnier, historienne de la seigneurie de Château-Chinon, la baronnie de Lormes fut partagée entre elle et le sire de Chalon (semble-t-il sur Saône) ; or Chalon possédait l’étang du Goulot, et les moulins de la rue des Moulins étaient sous l’autorité de Château-Chinon. En cas de litige entre les deux seigneurs, ces moulins pouvaient donc être paralysés par le premier (il lui suffisait de détourner toute l’eau vers le ruisseau du Bois des Tours) ; le problème se posa notamment en 1601, « année de sécheresse » : Chalon fut tenté de réserver le peu d’eau aux terres relevant de son autorité. Par la suite les deux seigneurs vendirent leurs droits respectifs, puisqu’en 1789 seuls furent saisis comme biens nationaux les moulins de Charrière, qui appartenaient à l’abbaye du Val-St- Georges, sise à Pouques-Lormes.

* En 1563, les protestants, qui assiègent Lormes, vident les étangs pour empêcher le fonctionnement des moulins (de Flammare).

Le « moulin de l’Etang du Bois » existait déjà en 1571 : Jean Connétable le tenait par « bail à bourdelage », une forme du servage (document du fonds Morlon de la Médiathèque municipale de Nevers).

page2image42190672

* L’abbé Baudiau, écrit qu’en décembre 1788, il fit un tel froid que l’étang du Goulot gela, contraignant les moulins au chômage ; on chargea rien moins que 30 hommes vigoureux de casser la glace à grands coups de pioche pendant des heures et des heures, avec malheureusement une efficacité relative car elle se ressoudait très vite.

Dans les années 1850, le relevé des patentes industrielles indique à Lormes 7 moulins à eau, chacun à une seule roue :

de meules

. Le Moulin du Bois : une paire

. Le Foulon du Bois : idem . 3 moulins rue des Moulins

3 paires de meules une paire de meules 2 paires de meules

. Celui tenu par Lautier : . Celui tenu par Mattret : . Celui de M. Bonnoron,

. La Vallée : une paire de meules

. Charrières : idem

où le ruisseau coule de gauche à droite, montre que la rue des Moulins en a connu 6, sans compter évidemment l’usine électrique créée en 1898.

* Dans son mémoire de maîtrise sur « Le canton de Lormes au XIXe siècle » (en fait 1840- 1880), Catherine Gavila écrit que Lormes compte à un moment 9 moulins, lesquels emploient au total 18 ouvriers. « Quelquefois les moulins à blé sont employés pour broyer la noix, la noisette et la faîne des hêtres pour en faire de l’huile ».

page3image42164976

Parmi les meuniers de Lormes, on a remarqué un M. Bonnoron : il y eut ici une dynastie de meuniers importante de ce nom, sans doute des lointains cousins de notre ami du moulin du Mont à Ruages. En 1908, deux des exploitants de moulins (donc différents) subsistant sont Jean et Pierre Bonoron, respectivement 49 et 28 ans. En 1938, les deux derniers moulins à blé sont tenus par des Bonoron, Gaston et Edme, mais en fait le second ne travaille plus que pour le bétail.

* Petit article de La Tribune Républicaine, 6 juin 1888 : « Incendie : le temps chaud amène les sinistres. Ainsi, hier, samedi 12 courant, grande alerte à Lormes. Le feu est sur les moulins, au-dessous de Lormes. Le tambour bat. L’un des quatre moulins brûle. On y court. C’était midi. Le moulin Bonoront brûlait ? Non Heureusement, ce n’était qu’une grange et une écurie séparées du corps de bâtiment près de la seconde route de Corbigny. Chevaux et vaches ont pu être sauvés ; un veau seul a été victime du sinistre. Il y a eu une seule victime plus intéressante : un pompier a eu la figure horriblement brûlée… » On remarque que l’article indique 4 moulins en cette rue des Moulins.

* Nous avons récemment évoqué dans notre bulletin le moulin qui resta le dernier en activité à Lormes, à savoir l’huilerie de la famille Joachim, au demeurant la dernière huilerie ayant exercé dans le Morvan.

* Nous venons de trouver deux noms de meunier : le moulin du Bois fut tenu par Jean Painchaud de 1908 à 1926 ; le moulin la Vallée par Claude Jacquet de 1908 à 1917. L’essentiel du matériel intérieur de ce dernier moulin a été donné à l’écomusée du moulin de Maupertuis, à Donzy.

page3image42162480



Cartes postales de «la rue des Moulins»

page4image42164352

Document Moulins du Morvan et de la Nièvre, à l’occasion du trentième anniversaire de l’association, fêté à Lormes le 5 octobre 2019.

Rédaction et photos : Philippe Landry